Sénégal: Stabilisation de la brèche de Saint-Louis - Une avance de démarrage de 2,5 milliards dégagée (maire)

Thiès — L'Etat du Sénégal a dégagé 2,5 milliards de francs CFA, en guise d'avance de démarrage pour permettre à l'entreprise en charge de la stabilisation de la brèche de Saint-Louis, de commencer les travaux, annonce le ministre du développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale et maire de la capitale nord, Mansour Faye.

"Ce sera réglé, parce que ministère de la Pêche est là-dessus. L'Etat a dégagé à peu près 2,5 milliards pour avance de démarrage, afin que l'entreprise démarre" les travaux, a dit Mansour Faye, interpellé sur la question.

Il s'entretenait avec des journalistes, à Keur Daouda Cissé, peu après avoir lancé des travaux et inauguré un réseau électrique dans les départements de Thiès et Tivaouane.

Selon le maire de Saint-Louis, les sondages ont déjà commencé au niveau de la brèche, sous la direction du ministère en charge de la Pêche et de l'ANAM.

"J'ai bon espoir qu'au courant de l'année, les travaux de dragage et de balisage vont démarrer et s'achever", a indiqué Mansour Faye en langue nationale wolof.

La brèche de Saint-Louis a été ouverte en 2003 sur la Langue de Barbarie, une bande de terre séparant la mer du fleuve, pour épargner une inondation à la capitale nord du Sénégal.

Elle ne cesse depuis de s'agrandir, au point de menacer de disparition l'ancienne capitale du Sénégal, sans compter que cette brèche est le théâtre de beaucoup d'accidents de pêcheurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.