Afrique: Alimenter la transformation de l'Afrique avec de l'énergie propre

analyse

Le continent africain est aujourd’hui au carrefour du développement durable.

D’une part, le tableau économique et de la gouvernance suggère que l’Afrique est prête à jouer un rôle majeur dans le monde - avec un commerce, des investissements et des tendances démographiques et une population en plein essor qui, tout en posant des problèmes de niveau de vie, promettent également des marchés robustes et en expansion.

Le paysage politique continue également de se renforcer avec de plus grands transferts pacifiques de pouvoir, de meilleures réglementations et l’intégration économique au sein des blocs régionaux ainsi que la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange continental africain.

Peu de gens savent que l’Afrique, au cours des six dernières années, s’est constamment retrouvée en tête de l’évaluation relative à la facilité de faire des affaires en termes de nombre de réformes de la réglementation des entreprises, en particulier en ce qui concerne l’exécution des contrats. En outre, de nombreux pays dépourvus de ressources ont enregistré une croissance constamment élevée.

Dans le même temps, les défis du développement durable de l’Afrique sont réels et sérieux. Bien qu’il soit difficile de généraliser à propos de ce continent vaste et passionnant, la pauvreté généralisée demeure une réalité dans de nombreux pays, mais l’Afrique dans son ensemble souffre de nombreuses menaces et de nombreux problèmes environnementaux - y compris du changement climatique, de la pollution de l’eau, de déficits d’assainissement et de déforestation.

Et puis, il y a l’énergie.

Le manque d’énergie - traditionnelle ou renouvelable - pour les soins de santé, l’agriculture, l’éducation et la diversification économique reste un obstacle majeur à la croissance et à la prospérité globales du continent.

Selon la Commission économique pour l’Afrique, près de 600 millions d’Africains (environ la moitié de la population total) n’ont pas accès à l’électricité, dont 110 millions vivent dans des zones urbaines, le tout à proximité des réseaux électriques existants. Les défaillances et les inefficacités des infrastructures de transport d’énergie, combinées aux coûts élevés des connexions du dernier kilomètre aux communautés rurales et autres facteurs, signifient que de nombreux Africains quittent le réseau - choisissant des options coûteuses comme les générateurs et, dans certains cas, construisant des maisons et des mini-réseaux solaires dans leurs communautés.

Si ces innovations énergétiques sont à saluer, elles constituent finalement une solution non durable sur un continent où le rythme de l’électrification ne pourra en aucun cas suivre une croissance démographique rapide. En effet, l’impératif de développement concerne le développement du secteur de l’énergie, à grande échelle, qui est essentiel pour la réalisation de l’Agenda 2063 pour l’Afrique et des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies - étant donné les coupures  graves et chroniques d’électricité.

Cependant, toute l’énergie n’est pas créée de la même façon - ou n’aboutit pas aux mêmes résultats de durabilité.

La bonne nouvelle est que, alors que de nombreux pays africains continuent de produire la majorité de leur électricité à partir de combustibles fossiles, y compris le charbon sale, une révolution des énergies propres s’empare rapidement du continent avec déjà près de 9 000 mégawatts d’énergie renouvelable non hydroélectrique (principalement solaire et éolienne) en ligne dans 20 pays. Le Kenya, par exemple, tire les trois quarts de son électricité pour les énergies renouvelables, tandis que 97% de l’électricité éthiopienne provient de sources renouvelables.

Mais une action plus audacieuse et plus concertée est nécessaire.

Le 11 février 2020, à Addis-Abeba, en marge du sommet de l’Union africaine, la Commission économique pour l’Afrique et la société d’investissement PIMCO, associant Africa50, la Banque de développement de l’Afrique australe et le Fonds d’investissement souverain du Nigéria, annonceront « L’Initiative ODD 7 pour l’Afrique », invitant une multitude de chefs d’État et de ministres africains à se joindre à ce pacte pour apporter plus d’énergie propre en Afrique.

Nommée ainsi en raison de son lien avec l’Objectif de développement durable 7 sur « l’énergie propre et à coût abordable », cette initiative a déjà commencé à étendre le projet d’énergie propre et les opportunités d’investissement dans un certain nombre de pays, dont l’Éthiopie, le Sénégal, le Kenya, le Togo, l’Afrique du Sud et le Maroc.

L’objectif général de cette nouvelle initiative consiste à ajouter 10 000 mégawatts supplémentaires d’ici 2025 à la capacité électrique de l’Afrique, le tout sous forme d’énergie propre, notamment solaire, éolienne, hydraulique et géothermique. Certains de ces projets seront du secteur public pur, d’autres du secteur privé et certains de type public-privé.

Pour les investisseurs locaux et internationaux, en particulier ceux qui pensent en permanence au développement durable, nous pensons que ces opportunités seront convaincantes - tant en termes de rendements ajustés au risque que d’impacts sociaux et environnementaux positifs.

Pour les gouvernements africains, nous espérons que cette initiative et les projets connexes les aideront à réaliser leurs Contributions déterminées au niveau national à l’action climatique (CDN) à savoir, leurs objectifs nationaux en relation avec l’Accord de Paris sur le changement climatique.

L’Afrique est un continent débordant d’espoir, d’opportunités et de dynamisme, mais aussi une région qui lutte pour répondre aux besoins fondamentaux de la majorité de la population. Fournir un accès à une électricité propre, abordable, sûre et fiable aux générations actuelles et futures doit être une priorité - un impératif économique et moral.

Nous espérons que « l’Initiative ODD 7 pour l’Afrique » aidera à contribuer à cette vision, aidera les pays avec leurs CDN, à travailler pour améliorer la gouvernance du secteur de l’énergie et à mobiliser des fonds - et nous vous invitons à vous joindre à nous.

# ### #

Vera Songwe est Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique.

Scott Mather est Directeur des investissements pour les stratégies de base américaines chez PIMC

Plus de: UNECA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.