Burkina Faso: Salfo Soré, alias Jah Press - «Je crains que la cérémonie des Kundé disparaisse... »

14 Février 2020
interview

Fasozine: Peut-on affirmer aujourd'hui que la cérémonie des Kundé a atteint l'âge de la maturité?

Jah Press: Après 18 années sans discontinuer et malgré les contextes parfois difficiles, nous avons fait nos preuves. La cérémonie des Kundé a dépassé le cadre national. Nous n'avons plus rien à prouver. Je peux affirmer que nous avons atteint la maturité.

Il y a quand même eu des hauts et des bas...

Bien sûr, mais nous avons eu beaucoup de chance parce que les cérémonies de cette envergure dans la sous-région et même en Afrique n'ont pas connu cette longévité. Une cérémonie comme celle des Kundé demande beaucoup de ressources financières et un contexte favorable. Avec mon équipe, nous avons essayé d'apporter, à chaque édition, une touche particulière et du rêve au public et aux téléspectateurs. C'est ce qui fait que la cérémonie des Kundé se passe toujours à guichets fermés. En effet, le public est conquis et nous respectons toujours nos engagements vis-à-vis des différents acteurs.

Quelle sera la saveur de l'édition 2020 qui sera la vingtième édition?

Depuis la clôture de la 19e édition, nous avons mené une réflexion sur le contenu de cette 20e édition. Vingt ans d'existence pour une émission de ce type, ce n'est pas rien! Le programme est déjà établi et la particularité du rendez-vous de 2020 sera de disposer de plateaux aux quatre coins de la ville de Ouagadougou. La question sécuritaire sera également prise en compte parce que le contexte est très difficile.

Que répondez-vous à la polémique qui est née au lendemain de la publication des nominés 2019 dans la catégorie Or?

Les critères sont connus de tous. Et le critère principal veut que l'artiste dispose de deux albums au moins, et que le dernier soit sorti entre le mois de mars de l'année écoulée et la fin du mois d'avril de l'année en cours. Nous ne pouvons pas connaître à l'avance les artistes qui sortiront des œuvres au cours de cette période. Donc rien n'est calé d'office. Et en plus du comité restreint qui fait un travail technique et synthétique, nous recueillons également les avis de différents acteurs et ceux du public.

Mais que dites-vous du cas Maï Lingani dont la seconde œuvre était un single selon certaines personnes?

Les choses ont évolué aujourd'hui. Pendant longtemps, on avait parlé d'album à part entière. Mais aujourd'hui, des artistes font le carton avec un seul single parce que le show-biz n'est pas statique. Et lorsqu'on parle des Kundé, on ne parle pas de musicologie pur et dur mais de musique dans un contexte de show-business.

Qu'est ce qui explique les polémiques après chaque édition des Kundé ?

La seule dont je me souviens véritablement est celle au cours de laquelle Smockey était en compétition avec Alif Naaba. Les gens n'avaient pas compris les critères. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que c'est le buzz qui fait le show-biz.

Contrairement à d'autres évènements du genre, la cérémonie des Kundé a su résister au temps. Comment vous y prenez-vous?

Il est vrai que ce n'est pas facile mais nous restons assez réalistes. Nous avons nos rêves mais nous faisons toujours ce que nous pouvons et non ce que nous voulons. Nous essayons de faire les choses dans les règles de l'art avec les moyens disponibles.

Qu'est-ce qui coince au Burkina pour que la cérémonie des Kundé ne soit pas portée par l'État, à l'image du Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (Femua) en Côte d'Ivoire?

C'est mon plus grand regret. Cela me froisse et me décourage davantage. Lorsque j'ai commencé à organiser cet événement, j'avais pour objectif de faire mes preuves afin que l'Etat s'implique par la suite. Vous conviendrez avec moi aujourd'hui que la cérémonie des Kundé est assez bien organisée et a sa place dans le paysage culturel du Burkina, même s'il y a des choses à parfaire. Le Femua est né après les Kundé mais il est porté aujourd'hui par l'État ivoirien.

Nous sommes arrivés à un stade où nous avons le dos au mur. En effet, lorsque vous regardez la situation économique du Burkina, les sponsors n'arrivent plus à suivre sur le plan financier le rêve que nous portons. C'est à l'État central d'appréhender l'importance de cet évènement dans l'arène culturel du pays et d'y apporter un soutien franc. Nous avons fait nos preuves et nous avons besoin d'être encouragés parce que nous avons amené les Kundé à un autre niveau. Il n'y a pas deux Kundé au Burkina.

Malheureusement, sans le soutien de l'Etat, je crains que la cérémonie des Kundé ne disparaisse les années à venir. Nous nous sommes assez sacrifiés. Et ce n'est pas de gaieté de cœur, ni un caprice. Sachez aussi que les cachets des artistes d'il y a dix ans ne sont pas comparables à ceux d'aujourd'hui. Et les Burkinabè ont aussi ce droit de voir leurs stars et de vivre leur rêve comme les autres. On ne peut pas tout expliquer par le fait que le Burkina est un pays pauvre.

Les Kundé d'or de 2001 à 2019

2001 : Solo Dja Kabaco

2002 : Bil Aka Kora

2003 : Georges Ouédraogo

2004 : Amity Méria

2005 : Bil Aka Kora

2006 : Smockey

2007 : Yeleen

2008 : Yoni

2009 : Ahmed Smani

2010 : Floby

2011 : Faso Kombat

2012 : Eugene Kounker

2013 : Dez Altino

2014 : Alif Naaba

2015 : Sana Bob

2016 : Dicko Fils

2017 : Imilo Lechanceux

2018 : Awa Boussim

2019 : Floby

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.