Cameroun: 16-Canon de Yaoundé - Symphonie vert et rouge

Durant la décennie 70-80, le Kpa-Kum ont marché sur la scène africaine en remportant trois coupes des clubs champions et une des clubs vainqueurs de coupe.

L'année 1970 marque le début de la période glorieuse du Canon de Yaoundé, déjà vainqueur de la coupe du Cameroun, qui remporte pour la toute première fois le championnat national. Une première conquête nationale qui prépare une autre.

De plus grande envergure cette fois puisqu'il s'agit de la Coupe d'Afrique des clubs champions de 1971 (C1). Face au tenant du titre, l'Ashanti Kotoko, le Canon remporte la finale 1-0 au terme du match d'appui.

Le vainqueur étant désigné au plus grand nombre de victoire au cours de la double confrontation. Avant ce troisième match entre les deux formations à égalité avec une victoire partout, le club créé à Mvog Mbi en 1930 est battu à Kumasi 2-0 avant de punir les Ghanéens 3-0 au stade militaire de Yaoundé.

A partir de 1973, plus une année ne se passe sans que le Canon ne récolte un titre. Une déferlante qui repose sur un effectif de qualité dans tous les compartiments du jeu alliant spectacle et efficacité. D'aucuns s'avançant à les surnommer les « Brésiliens d'Afrique » pour leur football millésimé.

On y retrouvait également un état d'esprit de guerriers à toutes épreuves devant l'adversité. Le fameux fighting spirit qui deviendra quelques années plus tard, la marque de fabrique de l'équipe nationale du Cameroun. Des Lions indomptables dont ils constituent le gros de l'effectif et du onze entrant.

En Afrique, le football se conjugue avec le Canon de Yaoundé qui s'offre une deuxième C1 en 1978. La victime en finale se nomme Hafia football club de Conakry. Les Camerounais contraignent les Guinéens au nul vierge au pays du Sily avant de s'imposer 2-0 au stade Ahmadou Ahidjo.

L'année suivante, le Canon décroche sans douleur la Coupe d'Afrique des clubs vainqueurs de coupe (C2) devant Gor Mahia. Les Kenyans sont sévèrement battus 8-0 (2-0, 6-0) sur l'ensemble des deux matchs.

Il faut préciser que deux ans auparavant, Théophile Abega et ses « galactiques » coéquipiers de l'époque ont échoué à ce stade de la compétition face Enugu Rangers du Nigeria.

Par ailleurs, durant cette année 1979, l'« araignée » Thomas Nkono décroche le titre de Ballon d'or africain. Dans leur insatiable appétit de victoire Théophile Abega, Grégoire Mbida, Akoa « Django », Jean Daniel Eboue, Mbom Ephrem, Dagobert Mougam, Aoudou Ibrahim et Cie vont glaner une troisième C1 en 1980.

La plus spectaculaire dans les mémoires collectives. Contrairement aux deux précédentes, celle-ci va s'obtenir à Kinshasa, terre de rumba congolaise.

L'As Bilima, tombeur de l'Union de Douala au tour précédent, crée la sensation le 30 novembre en venant imposer au Canon un match nul 2-2 non pas à Yaoundé mais à Garoua.

Deux semaines plus tard à Kinshasa, l'optimisme congolais à son extrême va être triplement douché. Trois boulets de canon dans une ambiance électrique et un public hostile à la sortie des gladiateurs camerounais.

Ces derniers sont taxés de sorciers au terme du récital du 14 décembre. A leur retour, ils ont été accueillis en héros par une foule en délire qui a bénéficié de la journée fériée chômée suite à ce sacre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.