Sénégal: Sortie du ministre de l'agriculture dans Sud Quotidien - Le syndicat des corps gras contredit Moussa Baldé

14 Février 2020

La sortie récente du ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural dans l'édition du journal « Sud Quotidien» du 12 Février dernier n'est pas passée sans réactions. Au contraire, cette large réflexion sur la campagne arachidière 2019/2020 telle que perçue par le Syndicat des corps gras, n'a point reflétée la réalité, comme si la remontée des données offertes par les institutions étatiques de base a frôlé la vérité ou est malintentionnée.

Ainsi, la plupart des travailleurs des unités industrielles de l'agriculture disent avoir eu comme impression que le Ministre de l'Agriculture a commencé toutes ses interventions en rappelant à son public qu'il est mathématicien de formation.

A le lire, ils disent avoir supposé que sa spécialité est le calcul différentiel ou trigométrique, mais pas la statistique ou les mathématiques économiques et financières. Le patron de l'Agriculture, dans ses dires, n'a pas agi avec certitude, mais s'est montré plutôt approximatif. La preuve, nous confient les camarades d'Ibrahima Diallo, «il dit avoir suspendu de facto les exportations de graines sous prétexte que les exportateurs avaient déjà atteint au 31 Janvier dernier le même volume d'exportation qu'à la date du 30 Avril 2019.

Alors que les rapports du Comité interprofessionnel de l'arachide (Cnia) mis sur la place révèlent un poids de 234.000 tonnes d'arachide décortiquée, exportées le 21 Avril de la même année. Mais loin de là, le Syndicat des travailleurs des usines agricoles dit avoir trouvé curieusement que le 21 Janvier dernier, date de la suspension des exportations, le cumul des graines d'arachide sorties du pays était alors estimé à 199.000 tonnes.

Plus captivant et surprenant dans cet exercice de chiffres, les huiliers disent avoir constaté dans les mêmes rapports que dans la grille des chiffres convertis en arachide /graine, il est mentionné 343.000 tonnes en Avril 2019 et 400.000 tonnes en Janvier 2020. Déjà en 2019, un Kilogramme d'arachide en coque donnait 68 % de graines décortiquées et en 2020, cela donne bizarrement 50 %. Comme pour confirmer que cette fois-ci, l'objectif est bien dépassé et que la coque d'arachide s'épaissit d'année en année et la graine se rétrécit.

LE SYNDICAT RECUSE LES 100 MILLIARDS INJECTES PAR LES EXPORTATEURS COMME PRECEDEMMENT ANNONCES

Pour le Syndicat des corps gras qui mobilise en même temps certains étrangers venus de pays occidentaux, le chiffre de 100 Milliards annoncé comme montant de l'enveloppe injectée dans cette présente campagne de commercialisation par les exportateurs, est mathématiquement impossible. Car si l'on s'aventure à reconvertir les 199.000 tonnes d'arachide décortiquée exportée, ce poids fait 294.000 tonnes.

Vendue à raison de 250 Frs le kilogramme comme avancé par le ministre, cette production livre une enveloppe de 73 Milliards en valeur marchande. Ce qui sous entend un manque de 27 Milliards dont la destination est encore non élucidée. Les syndicalistes trouvent toutefois que même si leur tutelle se félicite encore des résultats obtenus par les producteurs, un petit rappel suffit pour dire qu'en 2019, les rapports du Cnia avaient révélé à l'époque un cumul de 612.000 tonnes entre le marché des huiliers et celui de l'exportation. Une production qui était vendue à 210 Frs le kilogramme pour une recette de 128 Milliards de Frs. Et tout le monde s'était félicité des performances acquises. Aujourd'hui, porter à l'attention du public que les 100 Milliards des Chinois pourraient compenser 1500 personnes licenciées de travail, selon les syndicalistes, relève de l'absurdité.

LA SONACOS EST PRESENTEMENT SOUTENUE PAR LES ENTREPRISES HUILIERES

Même s'il n'est pas aujourd'hui permis de dire que la campagne de commercialisation arachidière 2019/2020 est un échec, les travailleurs des entreprises huilières quant à eux continuent encore de le clamer, mieux de le confirmer. Ces personnes estiment que dés l'entrée en vigueur de la mesure de suspension, la Sonacos en sa qualité de société nationale a réussi à collecter 3000 tonnes en une semaine. Mais pas à cause de son propre génie. Elle a pu bénéficier du soutien des autres entreprises industrielles qui lui ont cédé le peu d'arachide qu'elles ont pu collecter et dont elles ne peuvent pas se servir cette année. Ces travailleurs se persuadent qu'à ce rythme, la Sonacos pourra ainsi collecter d'ici décembre prochain une production de 150.000 tonnes et pouvoir anticiper sur les prochaines opérations en perspective.

LE SNCG REGRETTE LES 1.420.000 TONNES DE PRODUCTION ANNONCEE PAR LE MINISTRE

Même si certains services déconcentrés de l'Etat en activité dans l'Agriculture l'ont annoncé et porté sur la table du Ministre, les 1.420.000 tonnes d'arachide déclarées cette année comme la production obtenue ne relève que de l'utopie. Ce tonnage n'existe pas et n'a jamais existé. Pourtant, ces informations ont été approuvées par certaines organisations alimentaires mondiales telles que le FAO. Et ceci en l'absence de quelconque superviseur ou autre observateur que ces organismes ont mandaté pour cette mission précise.

La programmation et la falsification des chiffres selon l'autorité du Syndicat national des corps gras est depuis quelques années un mal qui empiète dangereusement sur la bonne marche de la filière arachidière. Car, révèlent les syndicalistes, «si l'on remonte en 2015, le poids annoncé à l'époque était limité à 669.000 tonnes. Les huiliers et les exportateurs se sont emparés à l'époque des 255.000 tonnes et les 414.000 tonnes étaient alors affectées à la consommation locale. Cinq (5) ans après, les institutions chargées de ce programme annoncent et attribuent un poids de 1.100.000 tonnes au marché de la consommation locale. Soit le triple, comme si la consommation de l'arachide est sur le point de bientôt remplacer celle du riz au Sénégal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.