La stratégie de l'AfCFTA du Kenya place le pays sur une base solide pour bénéficier de l'accord

31 Janvier 2020

Nairobi — Les experts participant à l'examen technique du projet de stratégie de mise en œuvre de la ZLECA du Kenya ont eu des discussions animées sur les mesures à mettre en place pour que le pays puisse tirer le meilleur parti de l'Accord.

La réunion de deux jours a été organisée conjointement à Nairobi par la Commission économique pour l'Afrique (CEA) et le Département d'État kenyan pour le commerce.

L'évènement a réuni 60 experts, dont des représentants du gouvernement, des économistes du commerce, des professeurs d'université, des partenaires au développement et des représentants de la jeunesse et des femmes.

La CEA prévoit des gains importants pour l'Afrique de l'Est, notamment une augmentation des exportations intra-africaines de plus d'un milliard de dollars américains et la création de plus de 2 millions de nouveaux emplois. Le Kenya est bien placé pour profiter des nouvelles opportunités, conclut la réunion.

Gladys Kinyuah, Directrice adjointe du commerce international au Ministère kenyan de l'industrie, du commerce et des coopératives, dit que le gouvernement entreprend déjà les mesures nécessaires à la mise en œuvre de l'Accord et tient compte des préoccupations et des recommandations de toutes les parties prenantes concernées.

Kinyuah explique également que si le Kenya doit maximiser ses avantages de l'Accord, il faut se concentrer davantage à améliorer la compétitivité des secteurs de services tels que les transports, les TIC, le tourisme, la finance et les services aux entreprises. Elle termine ses remarques en disant que le ministère est reconnaissant à la CEA pour l'avoir aidé à élaborer la stratégie de mise en œuvre de la ZLECA.

Linda Chepkwony, Présidente de Kenya Youth in Trade and Business, déclare que la stratégie de mise en œuvre de la ZLECA du Kenya doit être inclusive et tracer une voie pour l'autonomisation de tous, y compris les jeunes, les femmes et les personnes handicapées.

« L'inclusion économique et financière de tous est nécessaire. Les jeunes, les femmes et les personnes handicapées doivent être à l'avant-garde pour diriger la mise en œuvre de la ZLECA », indique Chepkwon.

De nombreux participants soulignent également l'importance de travailler main dans la main avec les médias et d'utiliser les médias sociaux, la télévision et la radio, comme moyens de sensibilisation et de compréhension de la ZLECA à travers le pays.

Andrew Mould, Chef de l'intégration régionale et du Groupe de la ZLECA en Afrique de l'Est, rappelle aux participants que l'Accord stimulera non seulement le commerce du Kenya avec d'autres partenaires commerciaux africains, mais améliorera également les perspectives de diversification structurelle en augmentant la demande d'exportations de produits manufacturés. Néanmoins, il souligne également que le Kenya est bien placé pour tirer parti de la libéralisation du commerce des services dans le cadre de la ZLECA, en particulier dans des domaines tels que les services financiers, les TIC et le tourisme.

À ce jour, 54 États membres ont signé la ZLECA et 29 l'ont ratifié. L'objectif principal de l'Accord est de créer un marché continental unique pour les biens et services, y compris la libre circulation des personnes et des investissements. Il posera à terme les bases de la mise en place d'une union douanière continentale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.