Tunisie: Supercoupe d'Afrique | Espérance-Ezzamalek à Doha (17H00) - Que la razzia commence

14 Février 2020

L'Espérance compte faire oublier son ratage de 2019 en supercoupe devant le Raja. Pour ce faire, elle devra s'imposer ce soir à Doha devant le gros calibre égyptien Ezzamalek qui ne l'entend nullement de cette oreille.

C'est aujourd'hui même que l'Espérance entamera ses matches chocs de la saison 2019-2020 face à Ezzamalek d'Egypte à Doha dans le cadre de la supercoupe d'Afrique relative à l'édition de 2019.

Le résultat de ce grand rendez-vous influera directement et sensiblement sur la suite de sa marche aussi bien en Ligue des champions que sur le plan local.

Un impact positif donnera des ailes supplémentaires au champion d'Afrique en titre et catalysera davantage les joueurs «sang et or» à aller de l'avant et surtout à bien négocier leurs deux prochains matches des quarts de finale avec le même adversaire en Ligue des champions.

En revanche, une déconvenue serait, sans doute, synonyme de crise susceptible d'entraver la mission de conquête de nouveaux sacres. Bref, nous sommes devant un duel à haut risque dont on souhaite que l'Espérance en sorte vainqueur en vue de provoquer le cercle vertueux escompté.

Un adversaire aux dents longues

C'est aussi le genre de duel où l'on peut jauger fiablement les potentialités des deux protagonistes tellement le nivellement ne laisse pas l'ombre d'un doute.

Ce nivellement est éclairé par l'historique des confrontations des deux équipes qui ont eu à croiser le fer six fois par le passé.

En 1994, l'Espérance du grand feu Hédi Berrekhissa avait remporté sa première Ligue des champions au détriment d'Ezzamalek (0-0 au Caire et 3-1 à Tunis).

C'était d'ailleurs la seule fois où l'Espérance s'impose devant l'ogre égyptien qui a dans son tableau de chasse cinq couronnes en Ligue des champions (1984, 1986, 1993, 1996 et 2002).

Lors des quatre autres duels c'est Ezzamalek qui l'emporta à deux reprises sur l'Espérance. Ce fut en 2002 (2-1 au Caire et 1-1 à Tunis). Ezzamalek est aussi un habitué de la supercoupe d'Afrique qu'il a remportée deux fois : en 1994 devant son frère ennemi Al Ahly et en 1997 face à son autre compatriote les entrepreneurs Arabes.

Ce titan égyptien vise donc une troisième consécration dans laquelle il pourrait assouvir la soif d'une revanche qui l'habite depuis 1994.

Pour mieux dépeindre cet esprit revanchard ardent, il y a lieu de souligner le pactole très juteux promis aux joueurs égyptiens par le président d'Ezzamalek Mourtadha Mansour en cas de victoire ce soir.

Les arguments de l'Espérance

Quel visage pourrait avoir l'Espérance dans cette grande explication qui revêt les caractères d'un vrai derby dont le sort ne sera connu qu'à la toute dernière seconde du match ?

Malgré l'éloignement, comme d'habitude, des milliers de supporters «sang et or» assisteront au match à Doha. Il en sera de même pour les «Zamalkaouis».

Et du coup, il y aura un match sur la pelouse et un autre dans les gradins pour un événement haut en couleur. Et ce qui fera la différence pour départager ces deux clubs qui figurent parmi les plus capés du continuent africain, ce sera la qualité de leur jeu, leur rendement et leur réalisme.

Sur ce plan, l'Espérance se trouve actuellement au sommet de son art. Son staff technique peut compter sur son équipe type, à l'exception de l'Algérien Abdelkader Badrane, blessé face à l'USTataouine.

Ainsi, on verra fort probablement à l'œuvre Ben Chrifia, Derbali, Chetti, Dhaouadi (ou Chammam), Yaâcoubi, Kwamé, Coulibaly, Benguith, Ben Saha, Ouattara et El Houni.

Et en plus du fait que le coach espérantiste Mouïne Chaâbani a toutes ses cartes en main, l'Espérance pourrait profiter de l'absence pour blessure du playmaker d'Ezzamalek Mahmoud Abderrazek (Shikabala) et de la petite forme affichée par Ferjani Sassi. Ce sera donc face à un milieu de terrain zamalkaoui quelque peu handicapé que l'Espérance évoluera en étant dotée d'un ascendant à la fois technico-tactique et psychologique. Bonne chance !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.