Ile Maurice: Accusé d'avoir tué ses trois enfants lors d'un incendie, un père attend le verdict

14 Février 2020

Il est accusé d'avoir tué trois de ses cinq enfants dans un incendie criminel. Mais les avocats de Jaganaden Veerasamy, eux, estiment qu'avec les preuves présentées en cour, cette thèse ne tient pas la route. L'affaire a été entendue ce vendredi 14 février par la magistrate Darshana Gayan en cour intermédiaire.

L'affaire remonte au 16 novembre 2006 et avait secoué toute l'île. Lors d'un incendie, trois des cinq enfants de Jaganaden Veerasamy ont trouvé la mort. L'autopsie a attribué le décès du premier enfant à l'asphyxie. Le deuxième est mort de septicémie et le troisième a succombé à des extensive burns. Mais peu après, lors de l'enquête, le père a été arrêté et la police soupçonne qu'il a volontairement mis le feu à sa maison. D'ailleurs, lors du passage en cour hier, Me Pravin Harrah, du bureau du Directeur des poursuites publiques, a rappelé que dans un des «statements» que le père a donnés à la police, il a confié qu'il ne pouvait plus voir ses enfants souffrir de pauvreté et qu'il voulait mettre fin à leurs souffrances et leurs vies. «C'est un élément de culpabilité», a déclaré Me Pravin Harrah.

Mais l'avocat du suspect, Me Drawnacharya Ortoo, assisté de Me Akash Ortoo, s'est appuyé sur le témoignage d'un des enfants rescapés. Dans sa version des faits, la fille a raconté que son père avait allumé une bougie et que celle-ci est tombée sur un tas de vêtements. Elle a essayé de maîtriser la flamme naissante mais au lieu d'y jeter de l'eau, elle y a jeté du pétrole. «Ce n'est donc pas un acte criminel», ont martelé les avocats.Dans la foulée, Mes Drawnacharya Ortoo et Akash Ortoo ont dit à la cour que dans son premier «statement», Jaganaden Veerasamy avait expliqué qu'il avait allumé un feu avec du pétrole un peu plus tôt pour préparer le diner.

La magistrate prononcera le jugement le 10 mars.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.