Sénégal: En visite à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Justin Trudeau exhorte les jeunes africains à plus d'innovation et d'audace

14 Février 2020

Lors d'un échange avec les étudiants de l'Ucad, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a invité la jeunesse africaine à plus d'innovation, d'ambition et de dynamisme, pour faire face aux défis du futur qui ne pourront être relevés sans la jeunesse du continent.

« Le discours de Dakar » de Nicolas Sarkozy, prononcé le 26 juillet 2007 à l'Ucad et qui avait suscité un tollé du fait de ses outrances, est l'opposé de celui que le Premier ministre canadien a tenu, hier, dans la même université. Justin Trudeau s'exprimait à l'Amphi Khaly Amar Fall situé à quelques centaines de mètres du Centre de conférences de l'Ucad II qui avait accueilli l'ancien Président français. Si dans son allocution de 2007 Sarkozy disait que l'Afrique n'était « pas assez rentrée dans l'Histoire », Trudeau pense, lui, que l'avenir du monde ne se fera pas sans la jeunesse africaine. Sur ce, il a invité les jeunes du continent à être plus innovants, plus ambitieux... pour mieux aborder les enjeux du futur.

Selon le Chef du Gouvernement du Canada, l'avenir des 10 prochaines années « appartiendra à ceux qui sauront innover, feront preuve d'audace, d'ambition et d'imagination ». Au-delà des défis à relever, il a souligné, dans un amphithéâtre rempli d'étudiants et d'autorités académiques, que les jeunes ayant grandi avec le numérique et qui maîtrisent mieux les nouvelles technologies doivent saisir les opportunités que présente le monde en mutation. « L'innovation est très importante pour l'économie mondiale. Votre génération s'affirme comme le moteur de la croissance. Ces dernières années, le Sénégal est devenu un pôle commercial majeur en Afrique et dans le monde en raison de sa jeune main-d'œuvre instruite. Les pays du monde en prennent note et le Canada ne fait pas exception », a expliqué Justin Trudeau.

Pour saisir pleinement les opportunités de demain, les jeunes, a-t-il insisté, ont besoin de l'encadrement des dirigeants politiques. Ceux-ci doivent, selon lui, assurer la réussite de la jeunesse en créant les conditions propices à leur épanouissement. L'hôte du Sénégal est d'avis qu'il faut donner à cette jeunesse les outils nécessaires en les formant davantage dans les Sciences, technologies, ingénieries et les mathématiques (Stim). L'engagement pour le Canada de devenir un partenaire plus solide pour la jeunesse sénégalaise et africaine s'exprime, d'après le Premier ministre, par une volonté de recevoir plus d'étudiants du continent mais aussi d'envoyer des apprenants canadiens au Sénégal et en Afrique en général. Son pays, a-t-il rappelé, a lancé, en 2018, un programme pour faciliter la recherche et l'innovation sur le continent et bientôt 10 chercheurs africains sélectionnés en bénéficieront.

Par ailleurs, M. Trudeau a indiqué qu'il veut multiplier les partenariats avec le Sénégal, voire l'Afrique, dans les domaines de l'intelligence artificielle, la lutte contre les changements climatiques, l'utilisation durable des ressources naturelles, l'innovation, etc.

«Le potentiel entre le Canada et l'Afrique demeure inexploité»

Justin Trudeau dit constater que le potentiel entre le Canada et l'Afrique demeure inexploité. Conscient de l'importance du continent, il a rappelé que c'est compte tenu de cela qu'il a commencé sa première tournée internationale de l'année par l'Afrique. « Je veux améliorer les échanges. Je veux que les entrepreneurs canadiens découvrent le talent, le savoir et le marché africain. Je veux faire passer notre partenariat à un niveau supérieur », a-t-il dit dans son message délivré à l'amphithéâtre Khaly Amar Fall de l'Ucad. En outre, le Premier ministre canadien a réitéré son appel pour l'égalité des sexes : «Un pays ne peut espérer atteindre ses Objectifs de développement sans la participation de tous ses citoyens ».

Bourses, emplois et fuite des cerveaux, ces préoccupations des étudiants

Interpellé sur les modalités d'attribution des bourses avec les nombreuses agences intermédiaires en Afrique, Justin Trudeau a conseillé aux étudiants désirant poursuivre leurs études dans son pays de se référer aux recommandations de l'ambassade. « Les seules personnes pouvant octroyer des visas sont celles de l'ambassade », a déclaré le Premier ministre canadien.

En ce qui concerne la problématique du chômage des jeunes, il a confié qu'aucun pays, même le Canada, n'a une solution miracle. « L'intelligence artificielle est en train de changer l'économie et le monde de l'emploi. Il faut se préparer pour les emplois de demain qui n'existent pas aujourd'hui », a déclaré Justin Trudeau, soulignant que beaucoup de jeunes ont trouvé un emploi grâce à ces nouveaux métiers. Il a également affirmé que l'entrepreneuriat peut être une niche pour aider à la lutte contre le chômage.

Sur la fuite des cerveaux africains au profit du Canada, le Chef de Gouvernement a répondu que l'émigration est une source de richesse pour son pays et le monde. « Le Canada aide aussi des étudiants qui restent sur le continent africain en investissant dans des opportunités pour créer des emplois. C'est un système gagnant-gagnant. Même si on attire beaucoup d'étudiants africains, certains reviennent, d'autres auront la nationalité canadienne. L'important, c'est que ces derniers aient la possibilité de choisir », a-t-il affirmé.

Trudeau a quitté Dakar hier

Au terme d'une visite de 48 heures, le Chef du Gouvernement canadien a été raccompagné, hier après-midi, à l'Aibd, par le Président Macky Sall. Les deux hommes ont réaffirmé leur ferme volonté de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays. Le Sénégal et le Canada entretiennent déjà d'excellentes relations. Justin Trudeau a exprimé ses remerciements au Président de la République pour l'accueil chaleureux qui lui a été réservé à Dakar.

A La Une: Innovation

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.