Congo-Kinshasa: PFCGL à Goma - Les petits commerçants transfrontaliers satisfaits de la baisse des tracasseries à la petite barrière

14 Février 2020

Les petits commerçants transfrontaliers de Goma réunis au sein de la plateforme dénommée « Association des Commerçants transfrontaliers » (ACT) qui encadre à ce jour en son sein plus de 7000 membres dans 25 associations reparties selon les filières des produits, ont, par le truchement de leur présidente Brigitte Kisuba, exprimé une satisfaction pour le travail effectué par le Projet de Facilitation du Commerce dans la Région des Grands Lacs (PFCGL).

Depuis 2017, le PFCGL s'est mis en action pour faciliter le commerce transfrontalier à la petite Barriere de Goma au niveau de la frontière Goma-Gisenyi(Rwanda) pour améliorer les conditions de travail de ces petits commerçants. La petite barrière au niveau de la frontière Goma-Gisenyi a le 2ème plus grand trafic humain journalier au monde, avec au moins 50 000 milles personnes traversant par jour. Deuxième au monde après la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Se confiant à lepotentielonline.net ce mercredi 12 février 2020, Brigitte Kisuba, la présidente de l'ACT évalue positivement le travail de ce projet qui d'après elle, a apporté des changements significatifs sur terrain.

Réduction sensible des tracasseries

Selon Brigitte Kisuba, les difficultés d'antan rencontrées par les petits commerçants avant l'arrivée du PFCGL ont sensiblement diminué du fait que les mesures prises à travers ce projet facilitent paisiblement la traversée au quotidien entre Goma et Gisenyi sans trop de tracasseries.

« Depuis que le Projet de Facilitation du Commerce dans la Région des Grands lacs a construit le bâtiment abritant les services œuvrant aux frontières (DGM, DGDA, OCC, PNHF, SQAV), la surtaxation et la multiplicité des services ont sensiblement diminué », indique-t-elle.

« Ce bâtiment nous sécurise car il aide à passer uniquement par les services habiletés à travailler à la frontière », rajoute-t-elle tout en signifiant que bien avant n'importe qui pouvait quitter Birere, dans le Quartier Mapendo voisin de la frontière et se transformer en douanier pour tracasser les petits commerçants qui venaient du Rwanda. Une situation aujourd'hui maîtrisée à la grande satisfaction.

Elle poursuit en signifiant que le PFCGL reste ce projet qui joue exactement le rôle de pont entre les petits commerçants transfrontaliers, les agences aux frontières et les autorités politico-administratives pour l'amélioration totale du système de commerce transfrontalier en République Démocratique du Congo et spécifiquement au Nord-Kivu.

« La visée du PFCGL, c'est de voir un jour ces petits commerçants devenir des grands commerçants c'est pourquoi nous sommes contre cette multiplicité de services à la petite barrière de Goma qui bloque cet élan et le bon climat de travail », estime Théophile Bokuma, coordonnateur Provincial du PFCGL au Nord Kivu.

La patente passe de 22$ à 3$

« Aujourd'hui par exemple la patente qu'on payait à 22$ par an , par petit commerçant auprès de la Direction Générale des Recettes du Nord-Kivu (DGRNK) a été réduite à 3$ grâce au plaidoyer fait en notre faveur auprès des autorités provinciales par le PFCGL».

Le PFCGL a appuyé en fin janvier une mission de sensibilisation au paiement de cette patente à Goma, à Kasindi et Bunagana

« Au niveau de l'Office congolais de contrôle (OCC), nous payons désormais 0.5℅ des frais sur la quantité de la marchandise contre 2% à l'époque lorsque le PFCGL n'était pas encore opérationnel au Nord-Kivu et ces avantages ne sont bénéfiques que pour les petits commerçants membres de la plateforme ACT qui est partenaire au PFCGL d'où l'appel à tous les petits commerçants de Goma de venir adhérer dans des Associations membres de ACT», renchérit-elle.

L'ACT dans son évaluation faite ce mercredi 12 février 2020, recommande néanmoins au PFCGL qui est appuyé par la Banque Mondiale, de relever d'autres défis encore présents au niveau de la petite barrière de Goma pour améliorer davantage les conditions de travail des petits commerçants transfrontaliers.

Supprimer la TVA sur « les produits du cru » et délivrer la quittance après paiement

« Alors que nous bénéficions du taux zéro sur les produits « du cru » à la frontière, il y a une note des autorités au niveau national qui a exigé à la Direction Générale des douanes et accises (DGDA) de faire payer 16% de TVA depuis février 2019 sur les produits 'du cru' », ce qui n'est pas normal selon Brigitte Kisuba. On comprendrait que cette loi soit appliquée pour les produits manufacturés mais pas « du cru ».

Que le PFCGL nous aide à résoudre ce problème en se concertant avec l'État congolais. Nous souhaitons la suppression de la TVA sur les produits du cru » recommande Brigitte Kisuba tout en ajoutant que l'inquiétude des petits commerçants demeurent également la non délivrance des quittances par les services habiletés lors de payement des frais de douane. »Ça laisse à croire que l'argent que nous payons auprès de ces services se volatilisent dans des poches des individus puisque nous ne recevons pas de quittances après payement » regrette-t-elle.

Elle conclut en abordant la question des cartes magnétiques attendues par les membres de l' ACT de Goma identifiés par le PFCGL pour leur faciliter davantage de franchir la frontière dans la sérénité et dans un système plus moderne. Théophile Bokuma, le coordonnateur du Projet de facilitation du Commerce dans la Région des Grands au Nord-Kivu rassure de la résolution dans les jours à venir de tous les problèmes qui minent encore ce secteur au niveau de la petite barrière.

« La mise en place de la carte magnétique pour chaque petit commerçant est prévue. Et ce sera fait avec la construction du nouveau bâtiment devant abriter les services aux frontières », ajoute le Coordonnateur de PFCGL.

Nécessité urgente des infrastructures modernes

La délivrance des cartes magnétiques nécessite la construction des infrastructures modernes. Mais cette construction est conditionnée par l'indemnisation de près de 180 familles qui occupent le site.

Cette indemnisation doit se faire par le Gouvernement congolais qui a déjà des données sur les actifs de chacun de ces ménages et rassure les petits commerçants que ce processus sera effectif incessamment car le dossier suit son cours normal au niveau du gouvernement central à Kinshasa.

Le PFCGL est mis en œuvre au Nord-Kivu dans les zones frontalières de Goma, Bunagana et Kasindi en vue de faciliter le commerce transfrontalier ,en augmentant la capacité de commerce et en réduisant les coûts supportés par les petits commerçants dans ces zones tout en améliorant des infrastructures douanières. Cela passe par la mise en place du Régime Commercial Simplifié (RECOS) du COMESA , qui prône la simplification des procédures de dédouanement des marchandises et permet aux petits commerçants transfrontaliers de bénéficier des exemptions des droits de douane dans le but de favoriser les échanges commerciaux entre les pays du marché commun de l'Afrique orientale et Australe (COMESA ) dont fait partie la RDC.

Le PFCGL est un projet du gouvernement de la RDC qui s'exécute avec le financement de la Banque mondiale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.