Congo-Kinshasa: Kasaï Central - Les retournés de l'Angola réclament leur prise en charge ou leur retour

15 Février 2020

Des centaines de retournés de l'Angola du Kasaï Central vivant à Nkonko réclament leur prise en charge par le Gouvernement provincial qui les avait fait sortir de l'Angola et leur réinsertion dans la communauté congolaise par le Gouvernement de la République.

Dans leur mémorandum adressé au Président de la République à l'issue d'une marche organisée à cet effet, ces hommes, femmes et enfants se disent être deconsidérés, délaissés et abandonnés à leur triste sort. Selon eux, depuis leur retour au pays, ils sont frappés par l'insécurité alimentaire et exposés à toute catégorie de maladies.

Ces démunis disent avoir reçu l'appuie des humanitaires à leur arrivée, mais qui constitue une goûte d'eau dans l'océan étant donné qu'ils ont de charges et sont sans abris.

» Depuis notre arrivée au pays, l'HCR qui est une structure internationale nous a aidé avec 70$ et le 20$ du PAM par personne alors que parmi nous il y a des vulnérables de toute catégorie « , a révélé le porte parole de ces retournés.

Et de poursuivre, » nous avons écrit deux lettres au Gouverneur de province demandant l'audience mais ce dernier a gardé son silence de mort jusqu'à ce jour, voilà pourquoi nous marchons et réclamons ce qui suit: la réinstallation d'une rubrique budgétaire pour les retournés dans le programme du Chef de l'Etat, l'assistance aux rapatriés avec une cache retour par le Gouvernement de la République, aménagement d'équipements ruraux d'eau potable en faveur des retournés au site, centres de santé et médicaments dans le meilleur délai, offres d'emploi et ateliers de formation, octroi de l'espace pour ériger notre site définitif « .

Parmi eux, certains réclament qu'ils soient même retournés en Angola où les conditions de vie étaient quand même passables, au lieu qu'ils meurent de faim dans leur propre pays.

En réaction, le Gouverneur du Kasaï Central leur a fait savoir que son objectif était de leur faciliter la tâche en les ramenant dans leur province d'origine et faire le nécessaire avec les partenaires. Mais il se dit surpris de constater que ces retournés continuent à se réfugier dans leur propre pays quelque soit l'assistance. Martin Kabuya estime que la province n'est pas prête à continuer la prise en charge, d'où chacun doit rentrer dans sa famille.

Persistant de dégager vite le lieu, ces manifestants ont été dispersés par la police à l'aide de gaz lacrymogène.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.