Madagascar: Raoul Arizaka Rabekoto - Le dossier entre les mains du Bianco

Le DG du Bianco Andrianirina Laza Eric Donat a dressé le bilan du Bianco durant l'année écoulée.

La mise en place de « i-Toroka », une plateforme de dénonciation anonyme et sécurisée en ligne du BIANCO, accessible sur son site web www.bianco-mg.org, a augmenté le nombre des doléances reçues (2.158 en 2019 contre 568 en 2018), et d'autre part l'implantation de la première antenne régionale du BIANCO à Morondava a permis de regagner la confiance du public envers cette institution de lutte anti-corruption.

Après la mesure d'interdiction de sortie du territoire de Raoul Arizaka Rabekoto, le dossier de celui-ci est entre les mains du Bianco.

L'ancien Directeur général de la Caisse nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS) et non moins président de la Fédération malgache du football (FMF) est poursuivi pour différents dossiers, entre autres, un détournement au sein de la CNaPS, du temps où il a été à la tête de cette caisse nationale de prévoyance sociale.

Un détournement qui pourrait s'élever à 20 milliards d'ariary. Décidément, ce numéro Un de la FMF est dans une situation plutôt critique ces derniers temps. Cette déclaration a été faite, en marge du rapport des activités réalisées par la branche territoriale du Bianco à Antananarivo durant l'année 2019.

Lors de ce rapport, la trilogie de la lutte contre la corruption à savoir l'éducation, la prévention et l'investigation a été mise en relief. Portant notamment sur le nouveau procédé du mode opératoire du BIANCO. Pour l'année écoulée, deux événements ont marqué la Branche Territoriale du BIANCO à Antananarivo.

Concernant le volet éducation, l'insertion de la dimension anti-corruption dans le programme scolaire est plus remarquée. Par ailleurs, 23 nouveaux Réseaux d'Honnêteté et d'Intégrité -RHI- (mouvement de jeunes qui partagent la valeur anti-corruption) ont été créés et redynamisés avec 1.100 nouveaux adhérents qui ont participé à la Journée des RHI tenue à Miarinarivo et à Tsiroanomandidy.

Ensuite, la lutte contre la corruption étant l'affaire de tous, 4.265 agents publics et 60 associations ont été mobilisés et sensibilisés en matière de lutte contre la corruption.

Enfin, 3 pools de Donneurs d'Alerte au niveau des 3 Régions (Vakinankaratra, Itasy et Bongolava) ont été créés pour assurer le suivi, la veille et l'interpellation en matière de corruption.

Investigation. Du côté de la Prévention, la Branche Territoriale d'Antananarivo a lancé le concours « Meilleure qualité de service » au niveau des trois chefs-lieux de Région à savoir Itasy, Bongolava et Menabe, pour que la lutte contre la corruption ait un impact sur l'offre de service. A l'issue, 64 Services Territoriaux Déconcentrées ont été appuyés.

Ensuite, les recettes et les dépenses communales ainsi que l'approvisionnement et le recouvrement au sein du Jirama ont fait l'objet d'une séance de travaux d'analyse approfondis. Enfin, quatre concours administratifs ont été sécurisés, à savoir le concours d'entrée à l'Ecole de Pilote rattachée au ministère de la Défense Nationale, celui de l'IGE, de l'INFA et de l'ACMIL.

A propos de l'Investigation, les dix secteurs les plus touchés par les doléances se présentent comme suit : 1) Foncier (Domaine, Topo) avec 320 doléances ; 2) Justice : 265 doléances, 3) Collectivités décentralisées : 159 doléances ; 4) Gendarmerie Nationale : 147 doléances, 5) Éducation : 98 doléances, 6) Police nationale 97, 7) Institutions et ministères 57, secteur privé 51, Intérieur, Administration Territoriale 50 et Santé 36.

En tout 1.280 doléances pour la branche territoriale d'Antananarivo. Concernant la déclaration de Patrimoines, 3.201 assujettis se sont acquittés de leur devoir envers la Nation contre 2.133 en 2018.

Par ailleurs, 2.158 doléances ont été reçues dont 869 concernent la corruption. Sur 246 dossiers traités en 2019 contre 59 en 2018, 132 ont été transmis à la juridiction (si 20 en 2018). Enfin, 361 personnes ont fait l'objet d'arrestation dont 72 ont été placées sous mandat de dépôt.

Plus grande proximité. Comme perspectives, selon la programmation établie par le siège, les prochains mois verront la mise en place d'une antenne régionale dans la Région de Vakinankaratra, à Antsirabe, après celle de Morondava réalisée en décembre 2019.

Cette action s'inscrit dans le cadre de la recherche d'une plus grande proximité du BIANCO et de l'ancrage local de son leadership en matière de lutte contre la corruption.

L'adoption à partir de cette année 2020 du nouveau mode opératoire « faire faire », qui consiste à transférer à tous les acteurs les compétences et les expertises acquises par le BIANCO durant ses 15 années d'existence, l'amènera à accompagner ses partenaires et toutes les parties prenantes, à travers le coaching et l'assistance technique, qu'il s'agisse des cellules anti-corruption, véritables ambassadeurs de la prévention au sein des ministères et institutions publiques et privées, qu'il s'agisse des organisations de la société civile en leur qualité de relais locaux incontournables des actions éducatives, qu'il s'agisse des administrations chargées de la police judiciaire, collaborateurs et partenaires efficients dans le cadre des actions répressives.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.