Maroc: Ahmed Réda Chami - Les collectivités territoriales doivent développer des programmes d'encouragement à la lecture

Le rapport du CESE apporte des recommandations concrètes pour améliorer le secteur du livre

Le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur la promotion de la lecture au Maroc propose des recommandations concrètes pour «améliorer» l'état actuel du secteur du livre, a indiqué, jeudi à Casablanca, Ahmed Réda Chami, président du CESE.

Dans une déclaration à la presse au sujet du rapport du Conseil intitulé «Promouvoir la lecture, urgence et nécessité», en marge des activités de la 26ème édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL-2020), il a relevé que ce document vise à «encourager la lecture tout au long d'une vie, à travers des indicateurs qui interpellent».

Il a, par ailleurs, estimé que toutes les collectivités territoriales doivent développer des programmes d'encouragement à la lecture, en collaboration avec la société civile à l'instar de la région de Casablanca, qui a mis en place des kiosques de lecture dans les jardins publics, relevant que les entreprises, dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) doivent financer des bibliothèques scolaires et des centres culturels, mettre en place des bibliothèques numériques gratuites et encourager des start-up innovantes qui créent des bibliothèques digitales surtout celles destinées aux personnes à besoins spécifiques.

Pour sa part, le rapporteur de la Commission permanente chargée de la société civile au sein du Conseil, Abdellah Deguig, a signalé que la chaîne des valeurs des livres reposait sur l'encouragement des éditeurs, la promotion des espaces de commerce et une réappropriation culturelle de l'espace public.

«La promotion de la lecture à tout âge par un accès aux ouvrages, est l'une des recommandations du CESE», a-t-il estimé, ajoutant que la lecture doit débuter à un âge plus précoce, d'où le rôle extrêmement important que doit jouer la famille pour le développement du goût de la lecture auprès des enfants.

Pour lui, la rareté des ressources de lecture et le manque de l'implication de certains acteurs, sont à l'origine de cette situation que vit le secteur du livre et de l'édition.

L'école est le lieu incontournable pour instaurer une atmosphère à même d'attirer des jeunes lecteurs, a souligné Abdellah Deguig, ajoutant que seulement 9% des établissements publics disposent de bibliothèques scolaires.

Il a en outre indiqué que 80% du chiffre d'affaires des bibliothèques est enregistré durant la rentrée scolaire, faisant remarquer que grâce au programme de soutien à l'édition et au livre, lancé par le ministère de la Culture, 423 livres ont été édités en 2017.

Il a, par ailleurs, mis en avant les recommandations «stratégiques» du CESE notamment la tenue d'assises nationales sur les différentes fonctionnalités de la lecture, la déclinaison de cette politique en plans d'action, le soutien à la société civile, la promotion de la production et de la distribution d'ouvrages, l'organisation des activités de promotion de la lecture et de l'écriture au sein de l'école.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.