Madagascar: Laissez-passer diplomatique - Ny Rado Rafalimanana contredit le Système des Nations unies

Comme prévu, Ny Rado Rafalimanana a convoqué la presse hier à Ambohijatovo. Une occasion pour lui d'apporter des explications concernant son affaire au niveau de la Justice et l'Interdiction de Sortie du Territoire prise à son encontre.

Apparemment, le président national de l'association « Ny Fanahy no Maha-Olona » persiste et signe et refuse de reconnaître ses erreurs.

Il s'est même permis de démentir les explications du Coordonnateur résident du Système des Nations unies à Madagascar qui, en réponse à une communication verbale du ministère des Affaires étrangères, a précisé que l' « Intergouvernemental Collaborative Action Fund » (ICAFE) n'est pas du tout affilié au Système des Nations unies et qu'aucune agence du Système des Nations unies à Madagascar n'a travaillé ni avec cette organisation ni avec son fondateur qu'est Ny Rado Rafalimanana.

Au cours de sa conférence de presse d'hier, ce dernier affirme qu'il est bel et bien l'ambassadeur d'une organisation non-gouvernementale (ONG) affiliée au Système des Nations unies. Il serait l'ambassadeur du « World Fund for Development and Planning (WFDP) en charge de la Région Océan Indien.

Selon ses dires, son statut est reconnu par les Nations unies qui l'aurait octroyé un « Laissez-passer diplomatique ». A noter pourtant que cette organisation ne se trouve nulle part dans la longue liste des associations et organisations affiliées au Système des Nations unies, publiée jeudi dernier.

Factures. Hier, Ny Rado Rafalimanana a reconnu que le motif de son Interdiction de Sortie du Territoire ne relève pas d'un acharnement politique. Rien à voir avec la politique d'ailleurs car selon l'intéressé, c'est une société d'imprimerie qui aurait déposé une plainte à son encontre.

Lors de l'élection présidentielle de 2018, le numéro Un du « Ny Fanahy no Maha-Olona » aurait refusé de payer les factures liées à l'impression de ses affiches de campagne. Une accusation qu'il rejette en bloc. D'après les informations, d'autres dossiers le concernant seraient aussi en cours de traitement au niveau de la Justice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.