Centrafrique: La Minusca aux prises avec le FPRC à Birao

Le groupe FPRC avait été chassé de la ville en septembre dernier par le groupe MLCJ. Il a entrepris un retour cette semaine. La situation reste tendue dans la ville.

Avançant vers le camp de déplacés internes et celui de la Minusca - tous deux sont collés -, la force onusienne et l'armée centrafricaine se sont engagées contre le FPRC. La situation reste tendue dans Birao mais selon le préfet, le groupe armé a été mis en déroute et repoussé de la ville. Au moins trois éléments du FPRC auraient été tués au cours de ces combats qui ont cessé vers midi.

Les éléments armés du FPRC positionnés à une vingtaine de kilomètres de la ville avaient entrepris de se rapprocher ce jeudi 13 février. Des combats qui avaient permis au groupe d'avancer à moins de 10 kilomètres de Birao. Deux mirages français venus de Ndjamena au Tchad avaient effectué une mission d'appui aérien rapproché à la demande de la Minusca afin de dissuader l'offensive sur la ville.

« Sauver » l'accord de paix

Dans un communiqué, le FPRC assure se battre pour « la libération de Birao » et « s'inscrit dans la dynamique de sauver l'APPR-RCA », l'accord de paix signé le 6 février 2019. Le FPRC appelle les Centrafricains à s'unir contre la Minusca, et remet en cause l'impartialité de l'organisation onusienne. Le porte-parole de la Minusca condamne de son côté « ces menaces extrêmement graves » et affirme que le FPRC sera tenu pour responsable si des attaques étaient menées contre les casques bleus à Birao ou ailleurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.