Ile Maurice: Quatre-Bornes - Un officier de la commission électorale mordu par un chien

16 Février 2020

Temps de chien pour un officier de la commission électorale. Le jeune homme, âgé de 29 ans, qui travaille à temps partiel comme assistant registration officer pour cette instance, a été mordu par un chien le vendredi 14 février à l'avenue Malartic, à Quatre-Bornes. Il a porté plainte au poste de police de Sodnac.

Il a expliqué aux enquêteurs qu'il a été mordu par un griffon. C'est une habitante de la région lui a porté secours. Il s'est ensuite rendu à l'hôpital Victoria, à Candos, pour des soins. Pour rappel, suivant la polémique entourant les dernières législatives - durant lesquels plusieurs citoyens n'ont pu voter - la commission électorale a procédé à un recensement des électeurs qui a débuté le 31 janvier et qui prend fin ce dimanche 16 février.

C'était sans compter la présence de chiens enragés...

Recensement électoral: le porte-à-porte bouclé

La première phase de l'enregistrement des électeurs prend fin aujourd'hui. Depuis le vendredi 31 janvier, la Commission électorale a, par le biais des démarcheurs, procédé au recensement des nouveaux électeurs. Soit ceux qui ont eu 18 ans pendant la période du 16 août 2019 au 15 août 2020, ceux qui ne se sont jamais fait inscrire comme électeurs et ceux qui ont changé d'adresse depuis le dernier recensement.

Sollicité, l'Acting Chief Electoral Officer, Dharmajai Mulloo, affirme qu'à jeudi, 99 % des maisons avaient reçu la visite des canvassers. À partir de ce lundi 17 février, la Commission électorale débutera la vérification de toutes les informations recueillies sur le terrain. «S'il nous manque certaines informations, les canvassers vont devoir repasser. Par exemple, il se peut que le numéro de la carte d'identité d'un électeur ne soit pas compatible avec celui dont on dispose déjà. Ou encore qu'on nous appelle pour signaler qu'on a oublié de nous informer qu'un membre de la famille a atteint ses 18 ans», indique notre interlocuteur.

Une liste provisoire des électeurs sera compilée et devrait être prête au plus tard le 16 mai. S'ensuit la seconde phase: les électeurs sont invités à vérifier si leurs noms s'y trouvent et si ceux-ci sont bien écrits et de notifier la Commission électorale dans l'éventualité que leurs noms n'y figurent pas.

Soulignons qu'un montant de Rs 18 millions est consacré aux deux phases de l'exercice en vue de l'enregistrement des électeurs. Cette année, cet exercice a eu lieu dans un contexte particulier. Soit, suivant la polémique qui a éclaté après que 6 813 électeurs n'ont pu accomplir leur devoir civique lors du scrutin du 7 novembre dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.