Congo-Kinshasa: Traque des ADF et autres forces négatives - Alain Lumbala invite la MONUSCO à s'impliquer davantage

Quelques jours après le renouvellement du mandat de la Monusco en RDC, une vague de polémiques s'observent dans la province du Nord-Kivu, autour de son intervention dans la traque des ADF et de toutes les forces négatives présentes dans la région, mais aussi de son appui aux rébellions qui déstabilisent la partie Est du pays.

La population de Beni, de manière générale, juge inefficace les interventions de la mission onusienne, mais dit soutenir le gouvernement congolais dans le processus de rétablissement de la paix. C'est le cas de M. Alain Lumbala, acteur politique de l'opposition au Nord-Kivu qui, le week-end dernier, a dit ne pas être d'accord avec les résultats de la Monusco sur le terrain.

En effet, il ne voit absolument pas ce que cette mission onusienne apporte au peuple congolais, malgré les gigantesques moyens mis à sa disponibilité.

Alain Lumbala n'arrive pas à comprendre le fait que dans les parties protégées et sécurisées par la Monusco, il se produit plusieurs dégâts et tueries. Ce qui crée forcément le doute dans les têtes des personnes soucieuses du retour de la paix en RDC. "Nous savons tous que les ADF n'ont pas de moyens logistiques conséquents, ni de lieu où s'approvisionner en munition pour combattre nos FARDC. Et, ces rebelles seraient voisins de la Monusco et les gens continuent à se faire tuer comme des animaux", a-t-il laissé entendre.

Pour lui, le travail de la Monusco en RDC a déjà semé de gros doutes dans la tête de plus d'un congolais, au vu de la situation alarmante où les gens se font même tuer dans les environs des enclos de la force onusienne, censée venir en aide au gouvernement congolais sur le plan sécuritaire.

Responsabilité partagée

La responsabilité est partagée, soutient-il, côté autorité et côté Monusco. "Les autorités doivent nous aider à tirer les oreilles de cette force onusienne afin qu'elle revienne à la raison en jouant très bien son rôle car, ce sont les vies humaines qui sont en train d'être perdues chaque jour aux yeux impuissants de la Monusco".

A en croire Alain Lumbala, la 1ère mission de la Monusco est d'aider la RDC à retrouver la sécurité qui ne se fait pas encore sentir dans ce coin du pays, faut le dire.

Raison pour laquelle, il invite le gouvernement à obliger la Monusco à bien jouer son rôle et que si cela ne se fait pas, elle doit s'en aller et laisser cette lourde tâche à l'armée congolaise, 9ème d'Afrique, en qui la population a confiance.

Il regrette, cependant, le fait que les avions, les hélicoptères et les véhicules qui circulent jour et nuit en faisant croire qu'il s'agit des patrouilles, ne sont que mascarades. "Le matin on nous apprend qu'il y a eu des massacres et ces engins ne cessent de circuler. Bien que ces éléments ne peuvent pas faire le travail de notre armée ainsi que de notre police, mais ils sont là pour nous appuyer sur le plan sécuritaire, en agissant et en dénonçant tout mouvement suspect des ennemis auprès de nos autorités", a rouspété M. Lumbala.

Actuellement, a-t-il fait savoir, les ADF ont élargi leur champ d'action en allant aussi dans la province de l'Ituri et dans la ville de Goma. Les gens sont tués avec les mêmes méthodes, ce qui doit interpeller la Monusco et la population elle-même qui ne doit donc plus croiser les bras pour éviter que les choses ne s'empirent.

Signalons que dans une vidéo conférence enregistrée à Kinshasa le mercredi 12 février 2020 avec les journalistes de la ville de Goma, Kinshasa, Beni, Bukavu et Bunia, la Monusco a rejeté en bloc toutes les accusations portées contre elle, disant qu'elle appuierait en armes et munitions les ADF.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.