Ile Maurice: Motards de la police - excès de zèle?

16 Février 2020

Est-il vraiment nécessaire pour nos VVIP de se faire escorter par des motards de la police ? Qui roulent à 100 à l'heure, voire bien plus? La question revient une fois de plus sur le tapis après l'accident impliquant Saumduth Raghoobeer, à la hauteur de Trianon, mardi 11 février, alors qu'il faisait partie du cortège présidentiel.

Selon l'ancien président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, oui, les motards sont importants. «Ils permettent d'arriver à l'heure à des fonctions, même en cas d'embouteillage. Ces motards aident à frayer un passage pour nous. De ce fait, nous sommes à l'heure et le public n'a pas à attendre... » Oui mais de là à déranger tous les autres automobilistes, à provoquer des accidents? Barlen Vyapoory soutient que «c'est malheureux ce qui s'est passé mardi». Dans son cas, «des incidents mineurs ont surgi, durant son mandat, mais rien de très grave»... Pour sa part, Cassam Uteem, ancien président de la République, n'a pas voulu réagir longuement sur le sujet, si ce n'est que pour dire que «c'est comme ça dans tous les pays du monde».

Pour ce qui est des motards escortant les personnalités, dont le Premier ministre et le vice-Premier ministre, ils sont tous issus de la Traffic Branch. «Ils font partie de ceux qui manient les grosses cylindrées. Ils intègrent par la suite la Very Important Person Security Unit (VIPSU) et sont formés par les anciens qui sont, eux, dans le Prime Minister's Group.»

Les motards sont en outre coachés par des experts internationaux, Réunionnais et Japonais, notamment. Cependant, pour ce qui est des motards qui escortent le président de la République et le vice-président de la République, ils sont, eux, toujours affectés à la Traffic Branch. «Ils ont déjà une formation et un bagage. Mais apprennent surtout sur un day-to-day basis, quand ils sont sur le terrain.»

Lindsay Moutien, lui, a été motard trente années durant. Et a pris sa retraite en janvier 2000. Aujourd'hui âgé de 71 ans, l'ancien po-licier soutient que c'est un métier dangereux. «Il y a beaucoup plus de morts chez les motards qu'au sein d'autres unités de la police. C'est pourquoi nous avons toujours réclamé une assurance spéciale pour nous. Mais on ne l'a jamais eue. Je connais moi-même, personnellement, plusieurs motards qui sont morts sur la route, en fonction...»

Lindsay a escorté plusieurs hautes personnalités et dignitaires, dont le pape Jean-Paul II ou encore de sir Anerood Jugnauth (SAJ), quand il était Premier ministre et plusieurs Pré-sidents d'autres pays lors de leur venue à Maurice. «Je me rappelle un accident très grave qui s'est produit devant mes yeux. On escortait SAJ, il sortait d'une réunion dans sa circonscription, Piton-Rivière-du-Rempart. Nous étions sur la route, près du château Labourdonnais. Vous savez, entre motards, on se relaie à tour de rôle. Il y a l'éclaireur, un autre devant le cortège et encore un autre pour fermer le cortège. Kan premié areté pou donn signal, lot-la al devan, li alé mem koumsa.»

Lindsay Moutien se rappelle qu'il faisait signe à un motocycliste de s'arrêter et de ralentir. «Mais au contraire, il a accéléré. Il a été frappé de plein fouet par le deuxième motard. Le motard et le motocycliste étaient gravement blessés, tandis que la femme de celui-ci avait été tuée sur le coup. Nous avions transporté les blessés à l'hôpital du Nord à bord de l'escort car.»

Mais est-ce bien nécessaire d'avoir des motards pour escorter les VVIP ? «Non. Je vais vous dire comment les motards sont 'apparus'.» Cela remonte à quand Ramgoolam père occupait le poste de Premier ministre. «Lorsqu'il se rendait à son bureau, il était souvent pris dans les embouteillages. Il avait alors fait la demande auprès du Commissaire de police, à l'époque, pour se faire escorter. Lerla enn motar finn vinn dé, lerla inn gagn osi escort car. Sé la ki travay escort inn koumansé.» Avant cela, seuls les présidents et les personnalités étrangères en visite chez nous y avaient droit.

Quid de la limitation de vitesse ? Le retraité soutient qu'il est primordial de respecter les codes de la route. «En cas d'accident, ce sera à nous de répondre. Mais je me rappelle que l'on faisait dans les 110 km/h même dans des villages.» D'autres sources actuelles soutiennent qu'ils roulent entre 110 à 120 km/h en temps normal. «Lor lotorout, nou abitié al ziska 200 km/h, mem 220 km/h, dépandan lor nou VIP. Parfwa ena bien présé, bizin rant aler... »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.