Gabon: SEQUA - Un atelier pour renforcer la Sécurité et la Qualité Alimentaire

17 Février 2020

Un atelier de sensibilisation et d'information sur la qualité s'est déroulé à Libreville du 10 au 13 février 2020.Cet atelier de formation s'est déroulé sous la supervision du chef de projet SAQUA/Gabon (Renforcer la Sécurité et la Qualité Alimentaire pour améliorer les moyens de subsistance au Gabon.

C'est dans ce sens que le gouvernement gabonais avait lancé une nouvelle stratégie fondée sur la diversification, et ainsi développé depuis 2009 une réflexion stratégique dans le cadre du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), dont un des piliers est le plan" Gabon vert", les secteurs agricoles et agro-alimentaires ayant un fort potentiel de croissance à large valeur ajoutée industrielle au Gabon

Venus de plusieurs ministères et d'autres secteurs de l'administration gabonaise, les participants à l'atelier de sensibilisation et d'information ont eu droit et ont bénéficié à plusieurs enseignements.

Deux thèmes ont été à l'ordre des échanges entre les formateurs et les participants. Il s'agit des thèmes : « Sensibilisation portant sur les textes régionaux relatifs à la politique qualité et au prix qualité adoptés dans le cadre du PIQAC et leur déclinaison au niveau national » et « Atelier de sensibilisation et d'information des acteurs de l'Infrastructure qualité sur les textes régionaux relatifs au mécanisme d'harmonisation des normes ».

Adrienne Bokabo N'Kita, formatrice et experte en normalisation, a été sollicitée par les organisations pour présenter des différents documents régionaux qui ont été élaborés dans le cadre du projet PIQUAC (programme d'infrastructure qualité de l'Afrique centrale).

Satisfaite, elle a expliqué que l'essentiel de la démarche de PIQUAC était de mettre en place un programme qui pouvait aider à l'intégration économique des pays de l'Afrique centrale.

Les 7 pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et de la Communauté économique des Etat de l'Afrique centrale(CEEAC) ont bénéficié de ce projet.

Christian Minko Mi Etoua,participant à cet atelier a su l'apprécier à sa juste valeur.Il précise d'ailleurs que le Président avait décrété un prix de qualité au Gabon, dans le cadre de la CEMAC.Pour ce participant et Secrétaire général adjoint à la Primature, "il y a des normes pour ces différents prix.

Aujourd'hui, nous apprenons les rudiments pour pouvoir avoir les normes dans la sous-région qui permettront de reconnaître la qualité de nos produits et de leur donner une certaine valeur ajoutée lorsqu'ils seront importés.

Lorsqu'ils seront importés, nous pourrons exiger une certaine qualité en fonction des normes que nous sommes en train d'apprendre ici. Cela permettra un mieux rendu dans la qualité des produits et boostera les importations et exportations".

Le projet sécurité qualité alimentaire pour améliorer les moyens de subsistance au Gabon a été financé par le gouvernement japonais et mis en œuvre sur le plan technique par l'Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI),nous informe Christian Engohang Ondo,Coordonnateur national du projet SEQUA.

Il a d'ailleurs dit sa satisfaction quant au déroulement de la formation des participants qui ont été impliqués et sensibilisés. Beaucoup sont rentrés satisfaits eux aussi,avec ,chacun,son certificat en main.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.