Sénégal: Matam - Tension entre le maire et la jeunesse sur le site de la maison de justice d'Ourossogui

17 Février 2020

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Malick Sall, a convaincu les manifestants d'Ourossogui de l'intérêt de la poursuite des travaux de construction de la Maison de justice à l'origine d'un vaste mouvement de contestation, sans précédent, dans la commune.

Le torchon n'avait cessé de brûler, jusque-là, entre une frange de la jeunesse d'Ourossogui et son maire, Me Moussa Bocar Thiam. À l'origine du clash, un site choisi par l'édile de la ville pour abriter la Maison de justice qui a suscité leur désapprobation.

A travers des marches, ils ont exigé la délocalisation de l'édifice. A l'issue d'une rencontre avec le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Malick Sall, tenue avant-hier samedi à Ourossogui, en présence des notables et des chefs religieux, les manifestants ont annoncé devant l'autorité la fin de leur mouvement de contestation.

Cela fait suite à de riches échanges qui ont permis au ministre d'expliquer aux contestataires le niveau du processus technique du projet qui ne favorisait guère une délocalisation. «En entendant le ministre parler, on comprend que c'est un processus qui a été enclenché depuis longtemps.

Nous acceptons de taire les armes et de contribuer au processus de développement», a déclaré Hamady Ngawa Dembelé, le président du Conseil communal des jeunes qui n'a pas omis de plaider en faveur du développement de la commune.

Déclarant, à ce titre, «interpeller toutes les autorités de la région à échanger sur tous les problèmes de la cité, pour l'intérêt général car le manque de discussion crée des conflits qui peuvent handicaper le processus de développement».

Durant le point de presse qui a suivi la rencontre qui s'est tenue à huis clos, le ministre de la Justice a tenu à magnifier la sérénité et la démarche constructive qui ont animé les discussions. «Je dois avouer que les jeunes ont exprimé cette demande de délocalisation avec respect.

Ils se sont bien adressés à l'autorité, en demandant s'il était possible de délocaliser le projet de construction de la Maison de justice sur un autre site.

Je leur ai fait comprendre qu'on aurait bien voulu le faire, mais le dossier est arrivé à un niveau dont, techniquement, on ne peut pas remettre en cause le projet. Ils ont alors accepté de renoncer à leur demande de délocalisation».

Profitant de l'occasion, le ministre de la Justice qui a plaidé pour l'installation de Maisons de justice dans les localités où les citoyens sont éloignés de l'Administration judiciaire, a assuré l'assistance de la construction d'un édifice dans le département de Ranérou Ferlo, dans la région de Matam.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.