Guinée Equatoriale: «Biens mal acquis» - Un immeuble au cœur des débats entre Malabo et Paris

Les plaidoiries, en marge de l'affaire dite « des biens mal acquis » devant la justice française, opposant Malabo à Paris devant la Cour internationale de justice se poursuivent ce mardi 18 février. La question du statut de l'immeuble est au cœur des débats ouverts un jour plus tôt La Haye.

Les avocats de la France doivent plaider mardi 18 février en réponse aux plaidoiries de la Guinée équatoriale, prononcée la veille. Perquisitionné en 2012, saisi six mois plus tard et confisqué par un jugement prononcé par Paris le 10 février, le 42, avenue Foch est au cœur de l'affaire qui oppose Malabo à Paris. Ce qui se joue aujourd'hui devant les juges de la Cour internationale de justice est une procédure intentée par Malabo en 2016, en marge de l'affaire dite « des biens mal acquis », qui se déroulait devant la justice française. La semaine dernière, la justice française a condamné Teodorin Obiang, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation d'un hôtel particulier au 42, avenue Foch.

La plaidoirie guinéenne

La Guinée équatoriale accuse la France d'avoir violé la convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Pour la France, le fameux immeuble du 42 avenue Foch est une résidence privée du fils du chef de l'État équato-guinéen. Selon la Guinée équatoriale, l'hôtel particulier de 4 000 m² accueille son ambassade.

Pour preuve, ont assuré les avocats de la petite puissance pétrolière, l'acquisition du bâtiment en septembre 2011, lorsque Malabo est devenu l'actionnaire unique des sociétés françaises et suisses du fils Obiang, propriétaire alors de l'immeuble. Les avocats de Malabo ont également mis en avant les incohérences supposées de Paris : la France n'a pas refusé les impôts versés lors de l'achat du bien et le quai d'Orsay aurait adressé des courriers officiels au 42 avenue Foch.

« La mission de la Guinée équatoriale en France serait à la rue »

Si le bien devait être confisqué, comme l'ont ordonné les juges parisiens en condamnant Teodorin Obiang, fils du chef de l'État et vice-président de la Guinée équatoriale, à 3 ans de prison avec sursis, les conséquences seraient graves, a assuré Maurice Kamto, l'un des avocats de Malabo. « La confiscation de cet immeuble pourrait priver la Guinée équatoriale de sa mission diplomatique en France. Et si la confiscation était exécutée, la mission de la Guinée équatoriale en France serait à la rue. Voilà la vérité. Et comment pourrait-on réaliser la vente aux enchères sans porter atteinte à l'inviolabilité des locaux de la mission de la Guinée équatoriale », a déclaré l'avocat.

La vente aux enchères des toiles de maître, des voitures de luxe et du mobilier de grand standing, ordonnée par les juges parisiens, reste suspendue à la décision de la Cour internationale de justice, mais aussi au pourvoi en cassation formé vendredi 14 février par le fils du président de la Guinée équatoriale.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.