Ile Maurice: Vikash Dhorasoo - «Mon engagement est de me mettre au service des oubliés»

17 Février 2020
interview

À un mois de la tenue des élections municipales à Paris, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Je suis à la fois confiant et excité. Tous les jours, je fais des rencontres formidables grâce à un vrai travail de terrain dans le 18e arrondissement de Paris. L'engagement des personnalités pour susciter des vocations est important. Vous savez, je viens d'un milieu populaire et mes parents sont Mauriciens. Si ma candidature et mon engagement politique peuvent donner envie à des Français de milieu populaire, ou d'origine non européenne, à s'investir, alors c'est une avancée considérable. Je crois qu'il est venu le temps de casser ce plafond de verre qui existe encore en France métropolitaine.

En quoi «Décidons Paris» est différent des autres partis qui feront acte de candidature ?

La grande différence est que «Décidons Paris» n'est pas la liste d'un seul parti politique (NdlR, celle de La France Insoumise, qui soutient cette formation) mais le rassemblement de différents partis politiques (le Rassemblement des Écologistes pour le Vivant, le parti d'Aymeric Caron ; Peps, un courant du parti Europe Écologies Les Verts...) et surtout des acteurs de la société civile. À l'inverse de toutes les autres listes, notre démarche est la seule à s'inscrire dans une démarche municipaliste, c'est-à-dire que les décisions locales sont prises pour et par les habitants.

Et qu'est-ce que vous pensez apporter de plus ?

Ma candidature est à l'image du football, elle rassemble différentes personnes, avec des histoires, des identités différentes, mais qui se retrouvent dans un seul but : gagner !

Comment peut-on passer d'une carrière de footballeur à celle de politicien ?

Je vous coupe tout de suite. Je n'ai absolument pas l'envie de faire une «carrière» dans la politique. Justement, ma force, elle est là : je ne vis pas de la politique. Mon engagement est de me mettre au service des classes populaires, des immigrés, des oubliés, des délaissés... Grâce au football, j'ai la chance de pouvoir bien vivre. Et pourtant, je défends l'idée d'un changement radical de la société. C'est-à-dire, une justice fiscale plus équitable, un changement dans nos manières de consommer, développer l'entraide et faire de la solidarité le ciment de notre société.

Les sportifs s'engagent un peu plus dans le monde politique. Pensez-vous que le fait que vous avez toujours été proche des gens soit un atout de taille ?

De nos jours, il est rare que les sportifs se lancent en première ligne et se frottent au suffrage universel. J'habite à Paris, et mes filles y ont grandi. Mais, je n'ai jamais oublié mes origines sociales. Je l'ai toujours dit : c'est grâce au système français que j'ai pu devenir footballeur. Je ne me suis pas fait tout seul. Je ne crois pas au mythe du self-made-man...

Serez-vous tenté par une carrière politique à Maurice ?

Maurice occupe une place à part chez moi. Mais, ma vie est actuellement à Paris. Je suis de ceux qui s'engagent là où ils vivent. En revanche, j'invite tous les Mauriciens à s'intéresser à la politique, à agir, à se mobiliser sur des sujets du quotidien, qui les concernent.

Et votre message...

Oser espérer, oser gagner, oser autre chose. Je crois que c'est le verbe qui devrait définir les gens de gauche.

L'ancien bleu en quelques lignes...

Né le 10 octobre 1973 de parents mauriciens, Vikash Dhorasoo a grandi dans la région du Havre. Il entame une carrière de footballeur professionnel en août 1993, au Havre Athletic Club. Évoluant au poste de milieu offensif, il est passé par plusieurs clubs, tels que Lyon ou le Milan AC, avant de terminer sa carrière au PSG, où il a été licencié pour des raisons disciplinaires, en octobre 2006. Il a aussi fait un passage en équipe de France (1999-2006), où il compte 18 sélections et un but. Après sa carrière professionnelle, il se lance dans l'engagement politique et caritatif.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.