Congo-Kinshasa: Dossier Meschal Elia - La FIFA autorise provisoirement l'ancien de Mazembe à jouer

Le milieu offensif international congolais, Meschak Elia, a été autorisé provisoirement par la Fifa à jouer pour le club suisse de Young Boys de Berne.

C'est une nouvelle étape dans le dossier de ce joueur l'opposant au Tout-Puissant Mazembe, son ancien club. Le joueur a porté l'affaire à la Fifa et l'instance mondiale du football vient de prendre cette décision. « La présente décision concernant l'autorisation d'enregistrement provisoire du joueur pour le club suisse est une mesure provisoire et, en tant que tel, elle ne porte pas préjudice quant à une quelconque décision concernant la substance du potentiel litige contractuel entre le club congolais, TP Mazembe, et le joueur, Meschak Elia Lina (ainsi que son nouveau club), a souligné la Fifa.

Et de préciser : « En particulier, il reviendra à l'organe décisionnaire compétent de s'exprimer sur la question de l'existence d'une quelconque relation contractuelle valable entre le club congolais et le joueur. De plus, l'organe décisionnaire compétent devra également s'exprimer sur les questions de savoir si une rupture du contrat a été commise par l'une des parties, que ce soit avec ou sans juste cause, quelle partie doit être considérée comme responsable de cette possible rupture et quelles en seraient les possibles conséquences, à savoir une compensation financière et/ou des sanctions ».

Réagissant sur la décision de la Fifa, le TP Mazembe a écrit sur son site : « La direction du TPM informe que la Fifa a ouvert un dossier sur le contentieux qui l'oppose à Meschak Elia. Et comme le veut la jurisprudence constante de la plus haute instance du football, le joueur est autorisé provisoirement à jouer. Les trois parties vont maintenant se fixer rendez-vous devant l'instance internationale. Du côté du TPM, tous les éléments pour être remis dans ses droits seront maintenant étudiés à fond. Quoique provisoirement autorisé à jouer, Meschak Elia encourt toujours une sanction et les Young Boys de Berne, son nouveau club, le paiement de la totalité des indemnités du transfert tel qu'inscrit dans le contrat... A lire la motivation de la décision de la Fifa, elle rejoint sur plusieurs points les éléments de défense présentées par la Fécofa et le TPM. L'autorisation provisoire est claire, le TPM et ses avocats restent sereins. Et à en croire la jurisprudence au lendemain d'une autorisation provisoire à jouer, Young Boys paiera sûrement la totalité des indemnités du transfert inscrites dans le contrat et le joueur écopera sans doute d'une suspension ».

Ce litige a fait couler beaucoup d'encre et de salive et a valu au joueur, en novembre 2019, une suspension de douze mois par la Fédération congolaise de football association (Fécofa), avec interdiction d'accès aux installations sportives, et extension aux équipes nationales de la RDC, à la Confédération africaine de football et la Fifa. Selon la Fécofa, le joueur a usé de faux en écriture, l'âge contenu dans son nouveau passeport est un faux en écriture et qu'il s'est rendu coupable de faux dans les titres, fait prévu et réprimé par l'article 52 du Code disciplinaire de la Fédération, atteinte à l'honneur du TP Mazembe, complicité d'une rupture contractuelle avec son club, en violation manifeste de la réglementation de la Fifa, par l'acceptation des avantages indus dans le cadre des accords conclus avec le club de Young Boys.

Réagissant sur sa suspension, les avocats de Meschak Elia indiquaient dans un communiqué : « La décision en question manifestement une tentative de pression faite à son encontre par son ancien club, lequel cherche par tous les moyens (même ceux illicites) de l'impressionner car il n'a aucun moyen contractuel de le forcer à subir ses volontés. Le contenu de cette décision a manifestement été dicté à la Fécofa par le club TP Mazembe. La Fécofa n'a, et pour cause, jamais donné au joueur la possibilité d'être entendu sur les faits qui lui sont reprochés, pour cette simple raison déjà, sa décision est nulle et de nul effet ». Ils affirmaient en plus : « Tous les faits auxquels la décision de la Fécofa se rapporte sont faux, l'ensemble des affirmations qu'elle contient émanant de faux éléments fournis par le TP Mazembe et étant clairement contredites par des éléments de preuve qui sont en possession de la Fifa, saisie par le joueur voici quelques semaines». Enfin, selon le communiqué des avocats de Meschak Elia, les accusations à l'encontre sont gravement diffamatoires, que la décision de la Fécofa est de nul effet, que le comportement du club TP Mazembe dans cette affaire est inadmissible et doit faire l'objet de sanctions.

Pour rappel, Meschak Elia s'était rendu en Belgique pour signer un contrat avec Anderlecht, accompagné de son coéquipier de Mazembe Arsène Zola. Arrivé Neeperde, il n'a plus été question de parapher le contrat, mais d'un test, avec même la possibilité de ne pas signer en cas d'échec. Le joueur aurait donc compris qu'il n'était pas du tout lié à Anderlecht. Se prêtant toutefois au test qui s'est avéré concluant, aurait-on appris, Meschak Elia aurait refusé de signer le contrat qui ne tenait pas compte de ses intérêts en tant que joueur. Il a donc pris la direction de Suisse, attiré par Young Boys qui employait déjà un autre ancien de Mazembe, l'Ivoirien Pierre-Claver Assale (actuellement en prêt à Leganes en Espagne). Son départ a été qualifié de « fugue » ou « fuite » par la presse belge. Et au pays, Mazembe a porté plainte contre lui à la Fécofa pour rupture abusive du contrat. Mais le joueur est allé plus loin, portant l'affaire à la Fifa qui lui autorise aujourd'hui provisoirement à signer son contrat avec le club suisse en attendant l'examen de fond de ce litige.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.