Congo-Kinshasa: Kinshasa - Ouverture d'une enquête sur l'accident de la circulation survenu à Ngaba

17 Février 2020

Le chef de l'Etat a instruit le Premier ministre de prendre toutes les dispositions pour « une gestion efficace » de ce drame.

L'accident de la circulation survenu le dimanche 16 février à la hauteur de l'avenue By Pass à Kinshasa préoccupe au plus haut point le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi. Pour preuve, il a instruit les différents responsables, à différents niveaux, de diligenter une enquête pour clarifier les causes de cet accident.

« C'est avec consternation et tristesse que j'ai appris l'accident intervenu dimanche 16 février au Rond-point Ngaba et qui a causé des morts et de blessés graves. Je présente mes sincères condoléances aux familles éplorées », indique le président Félix Tshisekedi sur son compte Twitter.

Avant d'ajouter : « Les membres du gouvernement ainsi que le gouverneur de la ville de Kinshasa ont été instruits, chacun en ce qui le concerne, pour prendre en charge les familles éprouvées et diligenter une enquête pour clarifier les causes de cet accident ».

Abondant dans le même sens, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Jolino Makelele, a affirmé : « Dès que l'information était connue, le chef de l'Etat a instruit le Premier ministre de prendre toutes les dispositions pour qu'on arrive à une gestion efficace de ce drame.

Ce qui a conduit le Premier ministre à son tour, d'instruire le vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur et des affaires coutumières, le ministre des Affaires humanitaires et le ministre de la Santé d'aller sur place, de s'enquérir de la situation et chacun dans son domaine, puisse mettre les moyens afin d'assurer une gestion raisonnable de cet accident ».

En effet, le gouvernement central vient de mettre en place une commission pour gérer la situation créée par cet accident de circulation.

Le bilan de cet accident reste encore de 16 morts et une trentaine de blessés.

« On a connu l'évacuation des personnes décédées aux Cliniques universitaires de Kinshasa et à l'Hôpital général de référence de Kinshasa. Les services sont instruits de veiller à ce que toutes les conditions qui font que ces genres d'accident puissent se produire ne soient plus des conditions laissées au hasard ici ou ailleurs.

Il y a une commission qui est mise en place au niveau du Premier ministre, qui va gérer la situation et produire des recommandations en rapport avec ce dossier », a déclaré Jolino Makelele.

À en croire le ministre de la Communication, le gouvernement va prendre en charge les victimes de cet accident mortel.

Ce bilan ne tient pas compte d'autres cas amenés dans d'autres centres de santé.

La clinique Mubila située non loin du lieu de l'accident a enregistré 16 blessés graves et un mort.

Conséquence de la complaisance

Se confiant à Radio okapi, l'expert en transport multimodal et sécurité routière, Vale Manga, a déclaré que l'accident survenu dimanche 16 février à Kinshasa était « la conséquence de la complaisance observée dans l'opération de contrôle technique des véhicules dans la capitale ».

Vale Manga a déploré que le certificat de contrôle technique soit octroyé avec complaisance à Kinshasa.

« La conséquence de la complaisance en ce qui concerne ce contrôle technique-là se fait maintenant sentir. Il faudrait que nous soyons sérieux ! Le contrôle technique, qui, après avoir fait passer un véhicule au niveau de toutes les étapes, nous terminons par délivrer ce que nous appelons certificat de contrôle technique.

Mais ce document aujourd'hui est un document truandé, un document de complaisance », a-t-il déclaré. Avant d'en appeler aux autorités (ministres provincial et national de Transports) d'y prendre soin, « parce que la vie des Congolais en dépend ».

Pour Vale Manga, ce contrôle technique n'est plus viable.

« Le contrôle technique est aussi la sécurité. On avait pratiquement étouffé la ville de Kinshasa la fin de l'année dernière pour le contrôle des documents ayant trait au certificat de contrôle technique.

Mais voilà aujourd'hui, nous avons des morts parce qu'il y a eu complaisance. Et aussi il fallait renforcer le nombre des centres de contrôle technique dans la ville de Kinshasa, qui répondent aux normes actuelles de la technologie », a-t-il argué.

L'occasion faisant le larron, il a demandé au gouverneur de Kinshasa de prendre des dispositions nécessaires dans le cadre de l'opération « Kin Bopeto », en évacuant tous les vendeurs qui occupent les trottoirs à travers la capitale.

Au fait, cet accident de circulation a été occasionné par un camion transportant des caillasses qui a percuté plusieurs véhicules, motos et piétons.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.