Burkina Faso: Commune de Koudougou - Le village de Palogo a son barrage

17 Février 2020

Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, a inauguré, jeudi 13 février 2020, le barrage de Palogo, dans la commune de Koudougou. A vocation agricole, pastorale et halieutique, l'ouvrage, d'une valeur de plus d'un milliard F CFA a une capacité de 750 000 m3.

Le village de Palogo dispose désormais d'un barrage. L'ouvrage a été réceptionné, jeudi 13 février 2020. Selon le ministre en charge de l'eau, Niouga Ambroise Ouédraogo, qui a inauguré l'infrastructure, en présence de celui chargé de l'agriculture, Salif Ouédraogo, le barrage de Palogo aura une capacité de 750 000 m3, une fois mise en eau.

Durant 6 mois, le groupement JOC-ER/GTS a réalisé un bassin versant de près de 5 km2, une tranchée d'ancrage, une digue homogène d'environ 1 km, un déversoir, une prise servant d'irrigation et de vidange et une piste d'accès au site, longue de 7 kilomètres.

Ces infrastructures ont coûté au budget de l'Etat, gestion 2019, environ 1 milliard 94 millions F CFA, foi du ministre de l'Eau.

« C'est une épine de moins pour tout le monde, notamment pour les bénéficiaires qui voyaient cette eau passée chaque année, sans pouvoir la retenir pour des productions additionnelles», a affirmé Niouga Ambroise Ouédraogo.

Il a souligné que le barrage de Palogo a une vocation agricole, pastorale et halieutique. Il a un potentiel aménageable de 10 hectares en aval et sera ensemencé avec du poisson après la mise en eau.

Une zone de servitude sera délimitée pour prévenir l'ensablement du cours d'eau. Il y aura aussi des plantations d'arbres et des vergers.

Le ministre Ouédraogo a promis revenir, dans moins d'un an, afin de constater la mise en valeur et l'exploitation du barrage. Il a traduit sa reconnaissance aux propriétaires terriens qui ont offert « gracieusement leurs terres pour le bien-être de la communauté ».

Booster l'économie locale

La population de Palogo, mobilisée pour la circonstance, a salué l'avènement du barrage, une requête de 2003.

Face au changement climatique, la mobilisation des ressources en eau demeure un défi pour intensifier la productivité agro-sylvo-pastorale, selon le maire de Koudougou, Maurice Mocktar Zongo. Sa réalisation répond à un besoin des habitants de Palogo et de la commune.

Cet « important » ouvrage va impacter l'économie locale, créer de l'emploi et réduire l'exode rural. Pour Roger Guissou, habitant du village, ces réalisations vont améliorer les conditions de vie des populations.

Selon lui, elles pourront mener des activités génératrices de revenus, grâce à la pêche, au maraîchage, au jardinage, à la pisciculture, etc.

C'est pourquoi, le ministre Niouga Ambroise Ouédraogo a annoncé la mise en place d'un Comité local de l'eau (CLE), assisté par l'Agence du bassin du Mouhoun pour l'entretien du cours d'eau.

Le barrage de Palogo s'inscrit dans le cadre du Programme national des aménagements hydrauliques (PNAH).

Celui-ci vise à contribuer à lutter contre la pauvreté. En 4 ans de mise en œuvre, le PNAH a permis la réhabilitation de 24 barrages dans le Centre-Ouest, la construction de neuf nouveaux à travers le pays dont celui de Palogo.

Les travaux de 27 autres sont en cours. Au titre des études de réalisation de barrages, 72 sont menées sur l'ensemble du territoire national.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.