Algérie: Appel à une approche participative pour la planification économique

Alger — Les participants aux ateliers organisés dans le cadre de la réunion Gouvernement-Walis ont plaidé pour une approche participative en matière de planification et de gestion économiques, notamment en ce qui a trait aux investissements locaux, au foncier industriel et à l'expansion urbaine.

Les recommandations lues lors de la séance de clôture, présidée par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, ont souligné que la réussite des programmes de développement est tributaire de l'association de toutes les acteurs au niveau local et de la prise en compte des spécificités et des besoins de chaque région.

Les participants à l'atelier sur "la gestion rationnelle du foncier économique libéré de toute entrave" ont évoqué la problématique de pluralité des centres de décision dans ce domaine, en sus de "la multiplicité, le chevauchement et instabilité des textes".A cet effet, ils ont préconisé l'élaboration d'une loi cadre relative au foncier en vue d'unifier et de simplifier le système législatif en la matière.

Ils ont également insisté sur l'importance de mettre en place un barème pour la sélection des projets par les autorités locales, à travers l'adoption de normes claires et précises, axées sur la création de richesse, de l'emploi et la production de biens et services alternatifs à l'importation, la réalisation d'un taux d'intégration industrielle et d'un niveau d'autofinancement en sus de l'innovation et de la numérisation.

Parmi les recommandations figurent également la création de banques de données à même de fournir différents indicateurs aux wilayas pour un meilleur choix de projets, l'association des opérateurs privés dans la gestion et la réhabilitation des zones industrielles, le recours aux procédure d'enchères publiques pour l'octroi du foncier en dehors de ces zones et la protection du foncier à travers la possibilité de sa récupération en cas de non lancement du projet dans les délais impartis.

Par ailleurs les participants à l'atelier sur "la Gouvernance rénovée et maîtrise de l'expansion urbaine" ont appelé à la consécration du principe de la démocratie participative à travers l'association des citoyens à la politique d'urbanisme.Ils ont souligné, dans ce sens, que la réalité urbaine actuelle est marquée par plusieurs dysfonctionnements et cumuls visibles sur les plans financier et social, en témoignent la dégradation des relations sociales, le recul du niveau des prestations et le creusement des écarts entre régions, en sus de l'incapacité des zones urbaines à répondre aux exigences du développement en raison de l'épuisement du foncier.

Cette réalité exige de sortir de la centralisation de la conception, de la mise en œuvre et des conceptions sectorielles séparées, selon les participants qui ont proposé la création de bases de données de l'information urbaine, la promotion de la gouvernance intelligente et l'orientation vers des villes intelligentes.

Ils ont plaidé, en outre, pour l'actualisation des cadres législatifs relatifs à l'urbanisme et l'adoption d'outils plus efficaces pour le suivi des délais, des coûts et de la qualité de réalisation et la classification des bureaux d'étude ainsi qu'un recensement global des constructions individuelles et leur intégration dans le fichier national.

Les recommandations issues de l'atelier sur "les régions à développer entre ambition de renaissance et obligation d'attraction" ont porté sur la nécessité de diagnostics pour définir les besoins de chaque territoire, ce qui induira l'élaboration d'une cartographie nationale des besoins de développement de chaque région en fonction de ses spécificités. Ils ont recommandé, par ailleurs, la création d'un Conseil national pour la montagne, d'un Fond spécial pour les régions montagneuses et le développement de l'économie montagneuse, outre l'augmentation des projets de routes et de transport visant à désenclaver ces régions et le développement de régions économiques dans les wilayas frontalières ainsi que des mesures incitatives au profit des investisseurs et des jeunes porteurs de projets, souhaitant créer une activité dans les régions qui connaissent un retard de développement.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait présidé, dimanche, l'ouverture de la rencontre Gouvernement-Walis, qui s'est déroulée sur deux jours, sous le signe "Pour une Algérie nouvelle: développement humain, transition énergétique et économie numérique", en présence des membres du gouvernement, des wali, des chefs de daïras et des présidents des Assemblées populaires communales et de wilaya (APC/APW) ainsi qu'un nombre de directeurs d'instances et d'établissements publics.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.