Algérie: Gouvernement-walis - Un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales

Alger — La rencontre gouvernement-walis, première du genre depuis l'élection de Abdelmadjid Tebboune à la Présidence de la République, a constitué un cadre global pour dialoguer et se concerter sur les mécanismes devant améliorer effectivement la gestion des collectivités locales, notamment la relation entre l'administration et le citoyen.

Après deux jours (dimanche et lundi) de débats et de travaux en ateliers, les participants à cette rencontre ont mis l'accent sur l'importance d'adopter une nouvelle approche privilégiant un mode de gestion à objectifs des collectivités locales ainsi que la généralisation de la digitalisation de l'administration.

Relevant l'importance d'adopter une vision économique créatrice de richesses et d'emploi, les participants ont insisté sur la création d'un mécanisme pour le financement des programmes de développement local ainsi que la recherche de mécanismes nouveaux à même d'améliorer le recouvrement des impôts.

La rencontre a été également l'occasion de souligner la nécessité de mettre en place une nouvelle politique relative à l'amélioration de la qualité du service public et la généralisation de la numérisation de l'administration locale à travers l'élaboration d'un "cadre législatif et réglementaire favorable" et "l'accélération du processus de digitalisation".

Intervenant à la clôture de cette rencontre, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a estimé que l'établissement de passerelles de confiance avec les citoyens passait par "la transparence", appelant les responsables à chercher à nouer des liens forts avec les citoyens à travers le "dialogue et la concertation".

Rompre avec les anciennes pratiques

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait appelé dimanche les cadres et les agents de l'administration centrale et locale à retisser les liens avec les citoyens et à "rompre définitivement avec les anciennes pratiques".Le chef de l'Etat avait plaidé pour une synergie des efforts afin de prendre en charge les aspirations des citoyens et leurs attentes en matière de développement, à travers l'adoption d'un nouveau mode de gouvernance "assaini de la corruption et de l'autoritarisme".

Tout en assurant qu'il était temps de concrétiser les engagements pris lors de la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre "sans aucune exclusion ou marginalisation", le Président Tebboune s'est engagé à œuvrer avec "toutes les parties pour tourner la page du passé et instauré la nouvelle République avec un nouvel esprit et une nouvelle approche".

La création éventuelle d'une Cour constitutionnelle indépendante qui se prononcera sur les litiges opposant les différents "pouvoirs", a été également évoquée par le chef de l'Etat qui compte également proposer l'amendement de la loi organique relative au régime électoral, dans une démarche visant à "écarter l'argent sale et les corrompus de la politique" et permettre "l'émergence d'une nouvelle classe politique de jeunes".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.