Togo: Vers un duel entre les évêques et le ministre Boukpessi ?

Campagne électorale
18 Février 2020

Suite au refus du gouvernement de laisser la CENI accréditer le conseil épiscopal Justice et Paix pour déployer des observateurs sur le prochain scrutin présidentiel, un courrier a été adressé par cette institution au ministre de l'administration territoriale pour mieux cerner la situation.

Si jamais c'est le statu quo, Mgr Nicodème Barrigah-Benissan (président de ce conseil) réserve une suite.

"Si l'avis donné par le ministre ne permet pas que cette possibilité d'accréditation soit accordée au Conseil, je pense que ce serait raisonnable de se tenir dans un cadre légal, plutôt que de s'exposer à des risques inutiles", fait savoir Mgr Barrigah-Benissan.

Ce n'est pas pour autant, qu'il ne déplore pas l'attitude du gouvernement. Il a de nouveau mis l'accent sur la sortie de la conférence des évêques.

Payadowa Boukpessi a déclaré n'avoir pas eu les documents relatifs aux sources de financement de cette organisation. Et ce conseil et ses membres sont qualifiés par le gouvernement d'être partiaux dans leurs prises de position sur les sujets politiques.

Ce sont les mêmes raisons qui avaient été utilisées sur la même demande du conseil de faire observer les élections législatives du 20 décembre 2018.

Toute cette scène est balayée du revers la main par le nouvel archevêque de Lomé le vendredi 14 février dernier sur Radio Maria Togo.

"C'est un sujet un peu pénible et qui a déjà suscité de la part des évêques des mises au point et des exhortations. Je me limiterait à ce que les évêques ont dit pour dire sue ces soupçons sont des allégations sans aucun fondement", persiste et signe l'église catholique togolaise.

Mgr Barrigah-Benissan a aussi situé l'opinion sur la position claire de l'église vis-à-vis des candidats, surtout ceux de l'opposition. Avec tout ce que fait Mgr Philippe Kpodzro aux cotés de Agbéyomé Kodjo, certaines opinions n'ont pas tardé à souligner que l'église à son candidat.

"La conférence des évêques du Togo n'a jamais eu de candidat. Les évêques n'ont jamais tenu une session au cours de laquelle ils ont choisi un candidat quelconque. Faire une telle chose, c'est aller a l'encontre des valeurs que nous défendons.

Nous demandons que les élections doivent se dérouler dans un cadre de liberté totale. Ce n'est pas la première fois que le Togo organise une telle élection et il n'a jamais été question que les évêques ont un candidat. Donc, nous n'allons pas imposer de candidat", a expliqué Mgr Barrigah-Benissan.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.