Cameroun: Tuerie de Ngarbuh - Cinq morts, selon le Mindef

Les troubles se poursuivent dans les régions anglophones du Cameroun.
18 Février 2020

D'après un communiqué signé hier, il s'agit d'un malheureux accident survenu lors de l'opération de sécurisation en cours dans la région du Nord-Ouest.

On en sait un peu plus sur les évènements du 14 février dernier dans l'arrondissement de Ndu, département du Donga Mantung, région du Nord-Ouest.

Hier, 17 février, un communiqué signé du chef de Division communication du ministère de la Défense (Mindef), Cyrille Atonfack donne la version des faits du Mindef sur la tuerie de Ngarbuh qui est «tout simplement un malheureux accident, conséquence collatérale des opérations de sécurisation en cours dans la région ».

Le Mindef reconnait qu'il y a eu des tirs nourris entre les forces de défense et de sécurité (Fds) et les séparatistes dans la localité sus-citée.

«En effet, le 14 février 2020, un groupe de six éléments des forces de défense et de sécurité dont quatre militaires et deux gendarmes renseigné par les repentis a effectué une approche de reconnaissance nocturne à pieds vers une habitation de Ngarbuh transformée en camp fortifié, véritable base logistique de marchandises illicites , de réception des armements et munitions de tous calibres, et de stockage et revente de stupéfiants», indique le communiqué.

Au cours de cette «reconnaissance nocturne», à en croire le Mindef, les éléments ont été « pris à partie par des tirs nourris depuis le refuge fortifié. La riposte des éléments des forces de l'ordre permettra de mettre hors d'état de nuire sept des terroristes présents sur les lieux.

Les combats vont se poursuivre jusqu'à l'explosion de plusieurs contenants de carburant, suivi d'un violent incendie qui va affecter quelques habitations voisines». Le bilan de cet incendie selon ledit communiqué fait état de cinq victimes, dont une femme et quatre enfants, «bien loin de ce qui est relayé dans les réseaux sociaux », peut-on lire.

«La propagande terroriste sécessionnistes a tôt fait de joindre à la mise en scène macabre sur les médias sociaux des images présumées des morts de Ngarbuh, d'anciennes photos de la neutralisation de quatre terroristes dans le département de la Mezam courant 2019, et qui comptaient malheureusement à leurs côtés une femme», rappelle-t-il.

Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Le Mindef rassure qu'une enquête approfondie a immédiatement été ouverte autour de ce regrettable incident et confiée concomitamment à la Gendarmerie nationale et à la sécurité militaire. Les conclusions de celle-ci feront l'objet d'une large diffusion.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.