Soudan: Omar el-Béchir à la CPI - Le pays envisage plusieurs options

La semaine dernière, un haut responsable soudanais indiquait que les autorités de Khartoum étaient disposées à livrer les personnes inculpées de crimes par la Cour pénale internationale, dont l'ancien président Omar el-Béchir. Cette annonce était restée plutôt vague cependant. Le 17 février, un ministre a tenu à préciser les scénarios envisagés par les autorités de transition soudanaises.

Au Soudan, le ministre de la Culture et de l'Information en personne, Faisal Saleh, un ancien célèbre journaliste soudanais qui avait fait de la prison sous Omar el-Béchir, a précisé les projets des autorités de transition.

Il s'est confié à l'agence Reuters et déclaré que différentes options étaient sur la table. « L'une des possibilités, a-t-il expliqué, est que la CPI [Cour pénale internationale] vienne ici et que les personnes inculpées comparaissent devant la CPI à Khartoum », la capitale. Ou bien, a-t-il encore affirmé, « il y aura un tribunal hybride ». Ou peut-être encore les inculpés seront-ils « transférés à La Haye », siège de la CPI.

Cela, conclut-il, fera l'objet de discussions avec le tribunal international. Faisal Saleh indique que ce sujet sera évoqué lors d'une visite d'une délégation de la CPI, qui pourrait bientôt se rendre à Khartoum, selon lui. Pour l'heure, la CPI n'a fait aucune déclaration à ce sujet.

Faisal Saleh a par ailleurs précisé que, quelle que soit l'option retenue, celle-ci devra faire l'objet d'un accord du Conseil supérieur pour la paix, une instance qui regroupe le Conseil souverain dominé par les militaires, des ministres civils et des représentants des formations politiques qui se sont opposées au régime d'Omar el-Béchir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.