Sénégal: Crise à l'Aps - Bamba «casse» Thierno Birahim.

18 Février 2020

Des agressions sur des agents et accusation de détournement aux licenciements et suspension de travailleurs, la crise à l'Agence de presse sénégalaise (APS) ne cesse de s'aggraver, malgré les médiations de bonnes volontés, dont l'Assemblée nationale, déjà enclenchées ces derniers jours.

Entre le Directeur général, Thierno Birahim Fall, et les travailleurs visés par ces procédures, c'est désormais la guerre des plaintes dont l'une des dernières est celle annoncée hier, lundi 17 février, par Ahmadou Bamba Kassé, Secrétaire général du SYNPICS, qui bénéficie du soutien de toute la corporation, contre le directeur de l'APS.

Plainte, contre plaintes ! La crise qui prévaut au sein de l'Agence de presse sénégalaise (APS) ne cesse de «s'envenimer».

En effet, visé dans une plainte du directeur général de l'Agence de presse sénégalaise (APS), Thierno Birahim Fall, portant sur un détournement de deniers publics, déposée à la Brigade des affaires générales (BAG) de la Division des investigations criminelles (DIC), la réponse d'Ahmadou Bamba Kassé, agent de l'APS, par ailleurs Secrétaire général du Syndicat des Professionnels de l'Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS) n'a pas tardé.

Lors d'une conférence de presse du Bureau Exécutif National (BEN) du SYNPICS tenue hier, lundi 13 février à la Maison de la Presse, pour apporter la lumière sur «l'affaire de l'APS», Ahmadou Bamba Kassé a annoncé le dépôt d'une plainte pour «diffamation, calomnie et entrave à la liberté de travail» contre le patron de l'APS, Thierno Birahim Fall.

Revenant sur les accusations de détournement, Ahmadou Bamba Kassé, déclare : «il n'y a pas ici une seule personne qui, du fait de son privilège, de statut ou de fonction, peut le faire. Est-ce qu'un journaliste est un gestionnaire de fonds publics ? Je pense que la personne ici, à l'APS, qui est l'ordonnateur de dépenses, c'est le Directeur général de l'APS.

Il y a eu 2 élections sous son magistère : en 2017 (législative) et 2019 (présidentielle). Pour chacune de ces élections, l'État du Sénégal a consacré à l'APS 65 millions de F CFA. Les enveloppes consacrées aux autres médias du service public portent sur 180 millions, en 2019, pour la RTS, 90 millions pour le Soleil.

Ce sont des appuis de fonds publics, en direction des médias publics, pour leur permettre de faire leur travail en période électorale.

J'ai été voir, en tant que Secrétaire général du SYNPICS, le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, pour lui dire que «l'appui» doit être élargi à toute la presse privée. Je le dis, parce que je le crois, parce que la presse privée, en période électorale comme en dehors, également, poursuit une mission de service public», précise-t-il.

Et d'insister : «vous êtes Directeur général, il y a eu 2 élections ici. À chaque élection, c'est 65 millions. C'est à vous de dire où est-ce que vous avez mis cet argent-là ?

Vous ne pouvez pas vous retournez contre des femmes, brandir une histoire de mauvaise gestion, pour pouvoir justifier votre décision de les démettre», renchérit M. Kassé, faisant allusion à la cheffe du Service commerciale, Yaye Fatou Mbaye Diagne, et la responsable du Service affaires financières, Fatou Diop Wade, tous les 2 agents récemment licenciés par le Directeur général de l'APS qui leur reproche une gestion «peu orthodoxe» des fonds alloués à l'APS.

...ET PORT PLAINTE «POUR DIFFAMATION, CALOMNIE ET ENTRAVE A LA LIBERTE...»

A la suite de ses deux collègues incriminés qui ont à leur tour porté plainte contre le patron de l'APS, par l'intermédiaire de Me Ciré Clédor Ly, avocat commis par les 2 femmes en question, pour «diffamation», Bamba Kassé trouve que l'attitude de Thierno Birahim Fall est motivée, entre autres, par une «volonté de ternir l'image du Secrétaire général du SYNPICS».

C'est pourquoi, il a décidé, avec son avocat, Me Bamba Cissé, de l'attraire personnellement devant la justice. «Avec mon avocat, maître Bamba Cissé, nous avons décidé de porter plainte pour diffamation, calomnie et entrave à la liberté du travail», explique le syndicaliste.

Le Secrétaire général du SYNPICS qui a dénoncé les agissements du Directeur général de l'APS n'a pas manqué d'appeler ce dernier au respect des règlements.

«L'APS est une entité qui appartient à l'Etat et que certaines décisions, même si elles lui appartiennent, doivent respecter les lois et les règlements», déclare M. Kassé, soutenu par plusieurs collègues, en plus du BEN du SYNPICS, qui considèrent qu'il est victime d'«une campagne de désinformation».

«Le BEN, dans son ensemble, témoigne à Ahmadou Bamba Kassé son soutien et réitère son engagement sur cette affaire de l'APS», témoigne-t-il.

Dans sa lutte, Bamba Kassé peut aussi compter sur le soutien de la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal (CJRS), de l'Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne (APPEL) et de la Section syndicale de la RTS. Bamba Kassé a rappelé à ses confrères et consœurs l'importance de la solidarité dans le milieu de la presse et de la communication.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.