Angola: Le pays disposera d'un Organe de gouvernance pour les partenariats public-privé

Luanda — Le pays disposera d'un organe de gouvernance des partenariats public-privé (PPP), pour sélectionner les projets prioritaires et avoir des partenariats qui contribuent au développement de l'Angola, a annoncé mardi à Luanda, le ministre de l'Economie et de la Planification, Sérgio Santos.

S'exprimant à l'ouverture du cours de Certification internationale en partenariats public-privé de l'APMG International, Sérgio Santos a souligné que l'Organe de gouvernance des PPP, qui ne fonctionne toujours pas, se trouve dans le décret présidentiel 316/19, qui est le règlement des Partenariats public-privé, coordonnés par le Ministère de l'Economie et de la Planification avec la participation du Ministère des finances.

Il a indiqué que c'est sur la base de cet organe de gouvernance que les commissions techniques des partenariats public-privé et leurs équipes seront créées, car il ne peut y avoir un projet des PPP en Angola sans que cet organe prépare ces conditions.

Selon le ministre, ce qui se passera cette année c'est concrétiser le décret, créer la commission technique où les services ministériels pourront participer et lancer les premiers partenariats public-privé sur la base de la nouvelle loi 11/19.

Le ministre de l'Economie et de la Planification a dit qu'il existe désormais des partenariats public-privé, dont certains sont bien organisés, d'autres pas du tout, et le ministère organisera tout dans un format correct, car les partenariats public-privé sont très importants et doivent être soigneusement préparés.

Selon Sérgio Santos, la première chose à faire est de former les techniciens, avec le soutien de la Banque mondiale, qui accomplit une étape très importante du partenariat, «parce que nous avons commencé à former les techniciens des différents départements ministériels». La prochaine étape consistera à certifier des personnes de divers départements ministériels, pour former plus tard les équipes de projets de partenariats public-privé, et le conséquent lancement des concours des PPP et l'ensemble de la procédure.

Concernant l'organe de coordination des PPP, Sérgio Santos a précisé qu'il s'agit d'un organe politique, au niveau des ministres, qui disposera désormais de la matière première sur la base des bonnes pratiques.

Dans ce processus, la Banque mondiale contribuera à mettre en œuvre et à transmettre les connaissances au personnel des différents ministères pour mener à bien les programmes des partenariats public-privé.

Il a estimé que la formation était importante, étant donné que le gouvernement angolais veut établir un PPP basé sur des règles claires, malgré le fait que les partenariats ne résolvent pas tous les problèmes.

Le gouvernant a souligné la nécessité de règles de transparence, de bonnes pratiques internationales, et surtout de la valeur pour les personnes, afin que les partenariats puissent en fait soutenir le programme de développement de l'Exécutif dont le seul but est d'atteindre les objectifs de développement durable.

Le cours de certification internationale en partenariats public-privé de l'APMG international se déroule du 18 au 21 de ce mois. Ensuite, l'examen pour obtenir le premier niveau de certification internationale en PPP de l'APMG International (CP3P) sera effectué.

Promu par les ministères de l'Économie et de la Planification et des Finances, en partenariat avec la Banque mondiale, le cours vise à décerner une certification internationale en partenariats public-privé aux formés qui démontrent une compréhension des principes et approches fondamentaux des PPP.

Le cours, destiné aux hauts fonctionnaires de différents départements ministériels, compte sur la participation de 40 techniciens de différents ministères et institutions publiques.

Le soutien de la BM dans ce processus comprend également le volet privatisation et assistance technique, avec une formation pour les fonctionnaires pour lancer les PPP avec de bonnes pratiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.