Cameroun: Massacre de Ngarbuh - L'armée camerounaise se défend et réfute le bilan

Les troubles se poursuivent dans les régions anglophones du Cameroun.
19 Février 2020

A Ngarbuh, village de l'Ouest anglophone du Cameroun, 23 personnes auraient été tuées, dont deux femmes enceintes et 15 enfants, selon un bilan de l'ONU. L'armée camerounaise est accusée d'avoir commis ces tueries.

L'armée se défend après le tollé provoqué par la mort d'une vingtaine de civils lors d'une opération militaire dans le nord-ouest anglophone. C'était le vendredi 14 février. L'armée parle de 5 morts et non pas 23 comme le disent certains sources.

Les accusations de l'Onu sont démenties par l'armée camerounaise qui invoque "un malheureux accident" et parle de cinq victimes civiles, tout en annoncant avoir ouvert "une enquête approfondi.

L'ONU a réclamé le mardi 15 février, aux autorités camerounaises, une enquête "indépendante, impartiale et complète" sur ce présumé massacre. La France a également condamné ces violences. Le ministère français des Affaires étrangères demande que "toute la lumière soit faite sur cet événement tragique et que les responsables répondent de leurs actes".

Le conflit en zone anglophone qui dure depuis près de trois ans, a fait plus de 3.000 morts et forcé près de 700.000 personnes à fuir leur domicile selon des ONG internationales.

Le porte-parole de l'armée rejette également toute idée d'enquête internationale sur ce présumé massacre. Le Colonel Cyrille Atonfack est au micro d'Henri Fotso, notre envoyé spécial à Yaoundé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.