Sénégal: Saint-Louis - Plaidoyer pour une cohabitation "plus harmonieuse entre fleuves et sociétés"

Saint-Louis — Le professeur Ibrahima Bao, enseignant-chercheur à l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, préconise une nouvelle approche de l'ingénierie aménagiste et de l'éco-ingénierie, au-delà des schémas classiques, en vue de "promouvoir une cohabitation plus harmonieuse entre les sociétés et les fleuves".

L'enseignant-chercheur a rappelé que le fleuve crée la vie, la solidarité, fertilise les sols, à travers des activités sociales, culturelles et économiques.

Mais s'ils demeurent au service du développement économique et social des pays, les fleuves sont désormais également utilisés comme "déversoirs d'ordures d'eaux usées", fait observer M. Bao lors d'un colloque international portant sur le thème "Culture du Fleuve en Afrique".

Cette rencontre a été organisé dans le cadre d'un partenariat avec le Centre de recherche et de documentation du Sénégal (CRDS) et l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis.rganisé

Selon l'enseignant-chercheur, cette rencontre se veut un cadre décloisonné de discussions scientifiques interdisciplinaires, notamment entre sciences de la nature et sciences humaines et sociales.

Elle "constitue une occasion d'échanges féconds entre scientifiques et praticiens, en prise directe avec les terrains africains, afin de contribuer à une réflexion commune, en perspective de la 9ème édition du Forum mondial de l'eau qui se déroulera en mars 2021 à Dakar".

Le colloque, ouvert du 18 au 20 février, permettra aux experts venus de divers horizons, de présenter plusieurs posters et des communications autour des thématiques de la biodiversité et de l'aménagement, des conflits d'usage, des valeurs culturelles des fleuves, des cultures du fleuve et du développement local.

La rencontre a enregistré la présence d'experts venus d'Europe et d'Afrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.