Madagascar: ART Urbain - Diojay, du hip-hop jusqu'au bout des ongles

De gauche à droite, Diojay, Nashya, Soja Be, lors de la sortie officielle de l'album Art Mur et Mpanazary.

Il y a trois jours, il a participé à un grand évènement organisé par le ministère de la Communication et de la culture, Mihamy Mada Fashion. Pour la première fois dans l'histoire de la mode malgache, un créateur de « urban wear » se met au même rang que les stylistes de la haute couture.

Propriétaire d'une boutique de « streetwear », Diojay est l'un des meilleurs Djs de la musique hip-hop de la Capitale. Surnommé le « Dj Premier » malgache, cet homme a fait hocher des têtes lors de ses prestations. Pour compter ses concerts, les doigts d'une seule main ne suffisent plus ! Diojay a participé à de nombreux festivals et concerts de rap dans la Ville des Mille. « Le hip hop est ma vie » a-t-il affirmé avec fierté. Ce Dj et propriétaire de magasin Hip hop a franchi des étapes avec bravoure. Humble et très discret, Diojay parle peu mais agit beaucoup.

La plupart des rappeurs vous invite lors de leurs concerts. Ils disent que vous êtes un « Dj de confiance ». Comment avez-vous fait pour être ce « Dj de confiance » ? Comment avez-vous fait pour en arriver là ?

Ma passion quand j'étais jeune ! Mon frère et moi, nous aimions mixer de bons sons avec notre radio cassette, ou encore notre playstation. Même les lecteurs VCD nous servaient de petite platine. Nous avions cotisé pour une mixette à deux pistes. Il ne restait plus qu'à organiser des après-midi discothèques dans le quartier avec les cousins et cousines. 20 ans passés déjà que j'aimais animer des partys.

Pour vous le hip hop est-il un moyen de communication ?

Hip Hop moyen d'expression ! Effectivement, le hip hop s'avère être un média et un outil en même temps pour transmettre les messages que nous voulons véhiculer et inciter de ce fait à un changement de comportement. Nous prônons par exemple, à travers les produits Laskart, les valeurs positives du Hip Hop à savoir l'unité, la paix, l'amour et le concept décontracté du Having fun. Oui, le hip hop est un moyen d'expression. Une de ses variantes, le rap, est aussi une illustration plus concrète de cet état.

Etre Dj était-ce une finalité pour vous étant donné que vous êtes en même temps propriétaire d'un magasin spécialisé dans la vente d'articles de Hip hop de la Capitale ? Est-ce un rêve depuis votre jeune âge ?

Nous étions aussi adeptes des grandes marques vestimentaires de rue genre « 2 High », « Royal wear » ou encore « Com8 ». J'aimais déjà la « street fashion » et je n'hésitais pas à fournir et à vendre ces produits en ce temps. Ainsi, je faisais partie des « businessmen » qui avaient pour clientèle nos jeunes du CCAC (IFM actuel) et du Square Poincaré (Mahamasina). À part les grandes marques de street wear, je vendais aussi des baskets classiques hip hop comme les Adidas superstar, les Requins Nike ou encore les Nike air force one. Bref, ma jeunesse a été marquée par ces deux faits: l'amour de la musique et mon attachement aux valeurs vestimentaires hip hop .

De ce fait, les imprimés sur nos produits, par exemple, surtout les tee-shirts, revêtent des connotations tournant autour de la promotion du Hip Hop et l'incitation à aimer la culture. Laskart, c'est le fruit d'un rêve de jeunesse de lancer ma propre marque « vita malagasy » ou "Made in Madagascar", associée aux caractéristiques des streetwear classiques des années 90 surtout. C'est aussi l'aboutissement de mon mémoire de maîtrise sur la communication d'entreprise qui portait sur les stratégies de communication pour le lancement de la marque Laskart en 2007. La création de ce label reste la matérialisation d'un projet qui a abouti malgré un décalage entre ce stade de projet et sa réalisation (Presque 10 ans). Bref, Laskart reste un élément non négligeable de notre parcours, voire primordial, d'autant plus que c'est l'entreprise qui fait vivre ma petite famille actuellement, même si ce n'était au début qu'une passion.

Entre les platines et Laskart, comment gérez-vous votre temps ?

La gestion du temps entre Dj et Laskart est assez délicate mais heureusement j'ai eu la chance d'être le dirigeant de ma propre entreprise. De ce fait, il m'est plus facile de caler mon emploi du temps avec nos projets et de le modifier si besoin. Toutefois, il est des moments où nous sommes surbookés. Là, il faut définir les priorités et en tenir compte par rapport à nos actions. Ce qui se passe le plus souvent, c'est que je travaille sur Laskart dans la matinée et consacre mes après-midi à mes entraînements dj, prises de son et projets musicaux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.