Libye: Le GNA de Sarraj suspend sa participation aux discussions de Genève

En Libye, le Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, a annoncé dans la nuit du 18 au 19 février qu'il suspendait sa participation aux pourparlers en cours à Genève. Le GNA justifie cette décision par les violations répétées de la trêve en vigueur depuis janvier.

En Libye, le Gouvernement d'union nationale (GNA) du Premier ministre Fayez el- Sarraj explique dans un communiqué qu'il se retire de ces discussions de paix de Genève jusqu'à l'adoption de « mesures contre l'agresseur », Khalifa Haftar dont les troupes tentent de prendre le contrôle de Tripoli depuis avril dernier.

Le GNA accuse les forces rebelles d'avoir violé à plusieurs reprises la trêve en vigueur depuis le mois dernier. Le dernier épisode de violence remonte au 18 février en début d'après-midi lorsqu'une quinzaine de roquettes se sont abattues sur les ports de Tripoli et Al-Chaab. Trois civils ont été tués et cinq autres blessés, selon le porte-parole du ministère libyen de la Santé, Amine al-Hachemi.

« Crimes de guerre »

Le GNA dénonce les « violations commises avant et pendant la trêve ». Le gouvernement de Tripoli parle de « crimes de guerre documentés » qui nécessitent, selon lui, « des mandats d'arrêt internationaux ».

Les pourparlers de paix organisés à Genève en Suisse sont donc, pour l'instant, suspendus. Ils avaient débuté en présence de cinq représentants du GNA, de cinq représentants du camp Haftar et de l'émissaire des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé, selon une décision pris lors du sommet organisé à Berlin le 19 janvier dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.