Madagascar: Changement climatique - La société civile pour la mise en œuvre d'une vision commune de développement durable

Des efforts ont été entrepris pour la protection de l'environnement. Mais la situation est loin d'être reluisante car la couverture forestière, les faunes et les flores continuent de disparaître

L'année 2019 a été encore marquée par un recul nettement inquiétant de la couverture forestière de Madagascar provoqué par les défrichements liés à la migration interne désorganisée et anarchique, et favorisée par une corruption où règne l'impunité. Une fois de plus la société civile tire la sonnette d'alarme en ce qui concerne la déforestation.

Prédations sauvages

« Entre 50 000 et 100 000 hectares de forêts sont détruits chaque année », rappelle la Plateforme Nationale des Organisations de la Société Civile, dans un communiqué. « Les faunes et les flores malagasy dont au moins 80% sont endémiques demeurent jusqu'à présent en proie à des prédations sauvages. Elles sont aussi marquées par l'impact du changement climatique amplifiant la vulnérabilité sociale et économique de la population déjà à faible capacité de résilience. Elles sont irremplaçables et ne peuvent pas être reconstituées du moins pour la plupart. Sans un engagement rigoureux et porté par un ensemble de mesures conséquentes, nos couvertures forestières déjà fortement réduites sont vouées à une totale disparition. Les pertes économiques ainsi que les dégâts écologiques que cela va provoquer sont fortement préoccupantes ».

Insuffisante

Pour la PFNOSCM, les mesures de protection doivent être renforcées. « La décision politique prise par le gouvernement de couvrir tout Madagascar de forêt depuis cette année est une bonne initiative mais insuffisante pour faire face aux menaces qui guettent en permanence nos flores et nos faunes. La PFNOSCM appelle aux décideurs de développer et d'engager urgemment une vision commune de développement durable traduit par des politiques sectorielles cohérentes, garantissant un développement intégré ». Cette plateforme de la société civile estime d'ailleurs que la mise en œuvre d'une politique et stratégie nationale de lutte contre le changement climatique est une urgence pour Madagascar. « Nous sommes tous témoins de ce qui se passe dans le monde en matière de problèmes environnementaux avec des conséquences quasi-irréversibles.

La Grande Île et l'Indonésie font face en ce moment aux problèmes majeurs d'inondation tandis que l'Australie lutte contre la propagation des feux de brousse d'une grande ampleur sur l'ensemble de son territoire. Madagascar doit en tirer des leçons sur les causes profondes et lointaines de ces phénomènes et la PFNOSCM sollicite le nouveau gouvernement de voir de près la mise en œuvre de la politique et des stratégies pour la lutte contre le changement climatique et l'engagement de chaque citoyen. L'exploitation irraisonnée et abusive des ressources minières, forestières et halieutiques sera, entre autres, à l'origine d'une inévitable crise environnementale et alimentaire à Madagascar, au détriment de la future génération ».

La PFNOSCM, en tant que société civile, souhaite apporter sa part contribution à la conception, la mise en œuvre et le suivi de toutes politiques et stratégies pour lutter efficacement contre le changement climatique sur tout le territoire de Madagascar en impliquant chaque citoyen.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.