Sénégal: Qualifications olympiques - Les places vont coûter cher pour Tokyo 2020

18 Février 2020

Le top départ de la qualification pour Tokyo 2020 sera donné jeudi prochain pour les boxeurs africains à Dakar. Le Sénégal qui abrite les qualifications olympiques pour la Zone Afrique, organisera ainsi la première des cinq épreuves de qualification.

Suivront ensuite la Zone Asie/Océanie qui se disputera à Aman (Jordanie) du 3 au 11 mars, puis Londres pour la Zone européenne (14-24 mars) et Buenos Aires pour la Zone Amériques (26 mars-4 avril).

La route sera longue pour arriver à Tokyo puisque la dernière étape consacrée aux épreuves de qualification mondiale finale se tiendra à Paris (13-20 mai) et donnera une seconde chance. En somme, l'étape de Paris ne sera ouverte qu'aux athlètes qui ne se sont pas encore qualifiés à l'issue des épreuves zonales.

Dakar Arena situé à Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar, sera le centre d'attraction du noble art à partir du 20 février.

Les pugilistes africains seront, en effet, au-devant de la scène pour essayer de faire partie des 33 boxeurs filles et garçons qui iront à Tokyo pour le banquet de l'olympisme. 220 athlètes garçons et filles venant de 39 pays sont attendus donc à Dakar.

Mais il faut le souligner tout de suite, comme d'ailleurs à eu à le préciser le Japonais Morinari Watanabe, membre du Cio, président du groupe de travail sur la boxe olympique et également président de la Fédération internationale de gymnastique.

Ce groupe de travail qui est chargé de veiller au bon déroulement des épreuves de qualification et du tournoi de boxe de Tokyo 2020, sera ainsi à Dakar durant toute la durée de la compétition.

À ce sujet, M. Watanabe a informé que 13 catégories de poids (8 chez les garçons et 5 chez les filles) seront en lice et qu'à l'issue des épreuves, 33 athlètes africains seront qualifiés pour Tokyo 2020.

«Dakar est une place idéale pour le sport et je suis heureux de me retrouver ici avec de belles installations sportives», a souligné Watanabé.

Cette réunion avec la presse qui s'est déroulée en présence d'Ibrahima Wade, coordonnateur général des Joj 2022, et Seydina Diagne, secrétaire général du Cnoss, a permis de lever un coin du voile sur l'état des préparatifs de l'épreuve de Dakar.

À cet effet, M. Wade a indiqué que tout est en place avec deux rings de compétition et quatre autres d'entraînement. Le Sénégal, de son côté, prépare activement ses représentants qui ont été triés sur le volet.

Ainsi, a révélé Seydina Diagne, ils seront sept boxeurs (6 garçons et 1 fille) à défendre les couleurs nationales sur cette route de Tokyo.

«L'objectif pour les Lions de la boxe, c'est la qualification ; c'est pourquoi les techniciens ont choisi les meilleurs qui évoluent en Europe pour maximiser nos chances de qualification. Et sur ce plan, je peux dire que le Sénégal a de réelles chances pour aller à Tokyo», a rassuré Seydina Diagne.

C'est parti donc pour le plus grand événement international de boxe jamais organisé au Sénégal ; une occasion aussi pour le Cnoss de promouvoir la boxe, la relancer, mais aussi et surtout de procéder à une opération-test dans la perspective des Joj de 2022.

Les 11 meilleures boxeuses et les 22 meilleurs boxeurs de l'épreuve de Dakar se verront attribuer un créneau de qualification pour les Jo de Tokyo.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.