Sénégal: Tournoi de qualification olympique « Tokyo 2020 » - La boxe sous les feux de la rampe

19 Février 2020

La boxe sera à l'honneur au Sénégal avec le tournoi de qualification olympique qui va se dérouler du 20 au 29 février sur les rings du complexe de Dakar Arena. Plus de 320 boxeurs issus de 39 pays africains dont le Sénégal vont rivaliser d'ardeur et de technicité pour décrocher les places qualificatives pour les prochains jeux olympiques de « Tokyo 2020 ».

Si le Sénégal espère décrocher deux à trois places pour ses 7 combattants en lice, il compte au-delà des performances capter les retombées de cet évènement et faire redécoller une discipline en perte de vitesse depuis quelques années. Ce, en dépit de son passé marqué par la percée de grands boxeurs sénégalais au plan mondial.

Le monde de la boxe aura les yeux rivés sur les rings du complexe Dakar-Arena pour les besoins du tournoi de qualification des Jeux olympiques de « Tokyo 2020 », (TQO) prévu du 20 au 29 février.

Absente des JO depuis 2000, la boxe sénégalaise sera fixée sur l'objectif de décrocher deux à trois places, sur les sept catégories dans lesquelles ses boxeurs vont s'aligner. Un objectif qui sera de taille pour le Sénégal au vu du niveau attendu et qui est parti pour être relevé. « Ce sera un tournoi d'un niveau très relevé.

Donc, deux à trois places, ce serait bien, la boxe africaine étant de niveau mondial. Ce ne sera pas facile, ce sera contre des adversaires de très haut niveau, qui se sont donné les moyens d'atteindre les objectifs de qualification », annonçait le directeur technique national (DTN) de la boxe, Joseph Diouf.

Mais audelà des résultats sportifs qui sortiront de ce tournoi, la boxe Sénégalaise entend toucher les retombées. Elles sont déjà palpables avec la réception de matériels et équipements déjà mis à la disposition de la Fédération sénégalaise de boxe confrontée à des difficultés de fonctionnement.

LE TQO POUR REDECOLLER UNE DISCIPLINE DANS LES CORDES

Cet évènement majeur sera en tout cas, selon Thierno Seydou Ba, président de l'instance dirigeante sénégalaise, une opportunité pour faire redécoller une discipline aujourd'hui en perte de vitesse. «Depuis 2016, la boxe fait quelques avancées avec ses participations aux tournois de la zone 2 à Conakry qui avaient regroupé 15 pays de la Cedeao.

Durant ce dernier tournoi, le Sénégal était classé 2e derrière le pays organisateur», relevait il y a quelques jours, celui qui a été porté à la tête de la Fédération sénégalaise de boxe depuis 2016.

A l'en croire, si la boxe sénégalaise a pu retrouver sa place dans la sous-région, il reconnait qu'elle est toutefois en dessous de certains pays comme les pays maghrébins, le Cameroun ou encore le Ghana qui arrivent aujourd'hui à faire la différence avec des infrastructures aux normes européennes, en envoyant leurs boxeurs à l'étranger et en produisant des champions.

Au plan local, le diagnostic n'est guère reluisant pour ne pas dire dans les cordes. Il est aujourd'hui loin le temps où la structure fédérale organisait régulièrement ses galas comme les galas de vendredi, au stadium Iba Mar Diop.

Un championnat était également régulièrement organisé. Sans parler d'autres compétitions comme le critérium des débutants et pour les espoirs durant la saison.

Même si, en dehors de ses galas d'Iba Mar Diop, la Fédération sénégalaise de boxe a réussi à décentraliser quelques unes de ses compétitions avec l'appui de partenaires dont le CNOSS. Cela, en dépit du manque criard d'infrastructures et d'équipements. Aujourd'hui, la boxe est à la recherche de son passé.

En effet, le Sénégal fait partie des pays qui disposent d'une longue pratique de la boxe. Il s'est doté dès les premières années des indépendances en 1960. Mais au fil des années, la boxe sénégalaise a commencé à perdre pied.

On est passé d'une fédération à un Comité national de gestion (CNG), de 1993 à 1999. Cinq ans durant (1999 à 2004), la discipline s'était plongée dans une certaine léthargie.

C'est à partir de mars 2004 que le Comité national provisoire de la boxe (CNP) a été mis sur pied avant le retour d'une fédération sénégalaise de boxe présidée aujourd'hui par Thierno Seydou Ba.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.