Sénégal: Importations - Un accroissement de 21,1% noté en décembre 2019

Après les exportations, la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) s'est penchée sur les importations du Sénégal. Pour leur part, informe la Dpee, les importations de biens du Sénégal se sont accrues de 21,1% (+72,8 milliards), en variation mensuelle, pour se situer à 418,0 milliards, au mois de décembre 2019.

Cette situation s'explique, essentiellement, par le renforcement des achats de produits pétroliers (+39,9 milliards), de «machines, appareils et moteurs» (+19,5 milliards), de produits alimentaires (+18,6 milliards) et de «véhicules, matériels de transport et pièces détachées automobiles » (+9,3 milliards).

Concernant les importations de produits alimentaires, ajoute cette structure qui dépend du ministère de l'Economie, du Plan et de la Coopération, leur progression est tirée par le « froment et méteil » (+9,1 milliards), le riz (+7,9 milliards) et les fruits et légumes comestibles (+2,3 milliards).

L'accroissement des importations de produits pétroliers est, quant à elle, principalement attribuable aux huiles brutes de pétrole (+35,8 milliards). Les achats de produits pétroliers raffinés se sont également confortés (+4,1 milliards) sur la période.

Par ailleurs, les importations de produits pharmaceutiques ont reculé de 1,8 milliard, en variation mensuelle.

En glissement annuel, les importations de biens se sont confortées de 39,4 milliards (+10,4%), au mois de décembre 2019, en liaison avec les «machines, appareils et moteurs» (+41,5 milliards), les produits alimentaires (+21,8 milliards), les «véhicules, matériels de transport et pièces détachées automobiles» (+18,9 milliards) et, dans une moindre mesure, les produits pharmaceutiques (+1,9 milliard).

En revanche, les importations des produits pétroliers se sont repliées de 68,9 milliards, en rapport avec les achats d'huiles brutes de pétrole (-60,9 milliards) et de produits pétroliers raffinés (-8,0 milliards).

En cumul sur l'année 2019, les importations de biens ont atteint 4229,3 milliards contre 3916,3 milliards en 2018, soit une progression de 313,0 milliards (+8,0%).

Cette évolution est, notamment, imputable aux « machines, appareils et moteurs » (+159,6 milliards), aux «véhicules, matériels de transport et pièces détachées automobiles» (+76,3 milliards), aux produits alimentaires (+46,8 milliards) et aux pharmaceutiques (+20,5 milliards).

Toutefois, les importations de produits pétroliers se sont contractées de 71,9 milliards, sous les effets combinés d'une baisse des achats de pétrole brut (-143,6 milliards) et d'un renforcement des importations de pétrole raffiné (+71,7 milliards).

En provenance des pays de l'Uemoa, les importations de biens sont évaluées à 5,5 milliards au mois de décembre 2019 contre 7,4 milliards le mois précédent.

Elles ont représenté 1,3% de la valeur totale des importations de biens du mois de décembre 2019 contre 2,1% au mois précédent. La Côte d'Ivoire reste le principal fournisseur du Sénégal au sein de la zone, avec une part évaluée à 58,3% en décembre 2019.

Les achats en provenance de ce pays ont principalement porté sur les «fruits et légumes comestibles» et les «produits des industries para chimiques», avec des parts respectives de 23,5% et 9,3%.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.