Sénégal: Application de la loi n° 2014-14 du 28 mars 2014 - La LISTAB déplore la lenteur

19 Février 2020

La Ligue sénégalaise contre le tabac (LISTAB) a fait face à la presse, hier, mardi 18 février pour dévoiler le contenu d'une première phase dans la lutte anti-tabac en Afrique de l'ouest et pour pousser le gouvernement à adopter dans les plus brefs délais la loi numéro 14 du 28 mars 2014.

L a ligue sénégalaise contre le tabac (LISTAB) a organisé une conférence de presse hier, mardi 18 février 2020 pour interpeller, pour la énième fois, le gouvernement sénégalais sur l'adoption immédiate du décret portant application de la loi n° 2014-14 du 28 mars 2014 sur les modalités, procédures, conditions de délivrance, de retrait, de l'autorisation d'ouverture et de fermeture de tabac.

Amadou Moustapha Gaye, président de la Ligue sénégalaise contre le tabac (Listab) qui a présidé cette rencontre tire la sonnette d'alarme sur la lenteur administrative et demande au gouvernement de diligenter ce secteur.

«Notre inquiétude est grande, parce que nous avons le projet du décret qui est dans les arcanes du gouvernement notamment au niveau du secrétariat général du gouvernement qui continue de traîner les pieds depuis un an.

Nous avons attendu et nous avons interpellé à plusieurs reprises pour que ce décret puisse passer en conseil des ministres. Mais, on se rend compte qu'aujourd'hui, que ce décret continue toujours de dormir dans les tiroirs» a-t-il fait savoir pour le regretter.

Le secrétaire exécutif de la LISTAB, Djibril Wele pousse le bouchon plus loin en parlant d'une probable présence de «lobbies puissantes» qui auraient bloqué la matérialisation de ce décret. «Nous ne comprenons pas ce qui est derrière ce blocage.

Nous ne savons pas pourquoi ce décret n'est pas programmé en conseil des ministres depuis un an. Nous avions saisi le ministère de la Santé et secrétariat du gouvernement pour les interpeller sur cette lenteur mais on nous avait servi comme réponse : «le président de la République est en campagne électorale, il fallait attendre que les élections présidentielles passent».

Maintenant que les élections sont derrière nous, un an après, on attend toujours » a souligné M. Wélé. N'y-a-t-il pas des personnes tapies dans l'ombre qui auraient mis le coude sur ce dossier ? Une préoccupation qui taraude l'esprit de certains acteurs de la lutte contre le tabac.

Selon la ligue, le 30 mai 2018, le président de la République avait rappelé en conseil des ministres pour l'application de cette loi dans toute sa rigueur.

Une occasion saisie par le président (LISTAB) pour rafraîchir la mémoire des Sénégalais sur l'importance de ce décret : « Il va sortir le tabac des boutiques, les commerçants seront obligés de demander une autorisation à l'autorité administrative (gouverneur ou préfet).

C'est ça l'importance de ce projet de décret. Cette disposition va opérer beaucoup de bouleversements, parce qu'il y a beaucoup de monde qui vit de l'économie du tabac», dira t-il.

Après cette conférence de presse, les acteurs envisagent de faire le tour des chefs religieux pour les mettre au courant de la situation, parce qu'en 2014, ces derniers disent-avoir pesé de tout leur poids pour l'adoption de cette loi.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.