Togo: Contagion jihadiste

19 Février 2020

Le Togo redoute la contagion jihadiste, titre mercredi le site spécialisé 'Opex 360'

Les groupes jihadistes ne font pas mystère de leur intention d'étendre leur influence à certains pays côtiers du golfe de Guinée.

Le 17 février, lors d'une visite aux forces togolaises déployées le long de la frontière avec le Burkina Faso, le président Faure Gnassingbé a affirmé que la pression jihadiste se fait 'très forte' dans l'extrême-nord de son pays.

'La menace est réelle et la pression est très forte nous avons connu récemment des combats jusqu'à 7 km de notre frontière', a confié le président togolais à l'AFP.

'Nous notons que les attaques [au Burkina Faso] sont de plus en plus meurtrières, malheureusement le Bénin aussi vient de subir un coup donc cette pression là nous la ressentons chaque jour un peu plus', a-t-il ajouté.

Pour contrer cette menace, M. Gnassingbé, actuellement en campagne pour la prochaine élection présidentielle, a dit vouloir 'tirer les leçons de ce qui se passe ailleurs'.

Et d'ajouter : 'c'est pour cela que j'essaie de dire aux populations, aux leaders religieux, aux chefs traditionnels [... ] qu'ils doivent aider les forces de défense et de sécurité', lesquelles 'doivent éviter les brimades, les petites corruptions qu'on voit parfois sur nos routes.'

Faute de quoi, a-t-il poursuivi, 'notre principale richesse c'est la stabilité et la sécurité, si nous perdons cela tous nos projets de développement seront compromis et remis en cause.'

Cependant, M. Gnassingbé se refuse à dire si il y a des cellules jihadistes constituées dans son pays. Mais 'les frontières sont tellement poreuses qu'il y a certainement des éléments qui sont en transit ou qui séjournent un temps et qui repartent.'

Cela étant, le Togo a déjà pris quelques mesures, souligne le site.

Il cite la nouvelle loi sur la sécurité intérieure et la création, en mai 2019, d'un Comité interministériel de prévention et de lutte contre l'extrémisme violent » [CIPLEV] dont la mission est d'œuvrer à éradiquer ou à réduire sensiblement la propagation de l'extrémisme violent en donnant aux communautés de base les outils et le soutien dont elles ont besoin pour lutter contre ce fléau et de renforcer la coopération et la collaboration entre l'administration, les forces de défense et de sécurité pour une prévention et une lutte efficace.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.