Sénégal: Viol collectif en série, vol, violence et voie de fait à Keur Massar - Deux individus arrêtés par la brigade de recherches

19 Février 2020

Deux individus, auteurs de viol collectif en série dans la zone de Keur Massar, sont mis hors état de nuire. C'est la Brigade de recherches de la Gendarmerie qui a ainsi mis la main sur eux, mettant fin à leurs agissements.

En effet, selon un communiqué de la Division communication de na la Gendarmerie nationale (Divcom), parvenu à notre rédaction, hier mardi, «cette unité a reçu, le mercredi 12 février 2020, la plainte d'une fille conduite à bord d'une ambulance par les services d'urgence de l'hôpital principale de Dakar. Celle-ci disait avoir été violée par deux individus dans la nuit du 11 au 12 février 2020.

Les faits étant similaires à ceux d'une autre victime violée le 26 janvier 2020, le Commandant de la Brigade a lancé de nouvelles recherches pour arrêter les malfaiteurs.

D'après les plaignantes qui détenait chacune un certificat médical fourni par un médecin gynécologue attestant les viols commis sur elles, les auteurs étaient armés de couteaux et de pompes à gaz avec lesquels ils avaient menacé de mort leurs victimes avant de les asperger d'un produit pour les évanouir, les traîner dans la foret, les agresser, les violer et les dépouiller de leur biens», relate la source.

Et de révéler que «sur la base de ces informations, les enquêteurs ont pu localiser le téléphone d'une des victimes qui leur a permis d'arrêter le premier mis en cause qui les a conduits chez le second.

Entendus, ces derniers ont reconnu les faits qui leur été reprochés et ont avoué qu'ils n'en étaient pas à leurs premiers coups.

Les perquisitions effectuées dans la chambre qu'ils partageaient à Boune a permis de retrouver un couteau, une pompe à gaz, des effets de toilette et d'autres articles de femme.

Les deux individus arrêtés pour les délits d'association de malfaiteurs, de menace de mort, de viol collectif en série, de vol en temps de nuit, de détention d'arme de cinquième catégorie et de violence et voie de fait seront remis aux autorités judiciaires», précise la Divcom.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.