Congo-Brazzaville: Le Syméco poursuit la grève sèche

Les médecins membres du syndicat conditionnent la reprise de travail à la signature d'un accord spécifique avec le gouvernement reprenant les revendications contenues dans leur cahier des charges dont l'admission sous statut des médecins de nouvelles unités, la promotion aux grades et l'amélioration des conditions de travail.

En attendant l'aboutissement des négociations en cours entre le gouvernement et les médecins, en vue de trouver de solution aux revendications de ces derniers, les médecins membres du Syndicat des médecins du Congo (Syméco) poursuivent leur grève sèche.

Le secrétaire général de ce syndicat, le Dr Juvénal Muanda, a affirmé à radiookapi.net que l'évaluation faite le lundi 17 février n'a pas permis de lever ce mouvement de grève.

« L'évaluation qui a été faite a constaté qu'il fallait donc continuer la grève dans sa forme actuelle, c'est-à-dire la forme radicale parce que jusqu' à ce jour, l'accord spécifique des médecins n'est pas encore signé », a-t-il fait savoir.

Le secrétaire général du Syméco a, par ailleurs, affirmé des séances de travail en cours au niveau de la Présidence de la République et de la Primature.

A l'en croire, celles-ci visent à lever le malentendu qui est à la base du problème entre le banc syndical des médecins représenté par le Syméco et le gouvernement de la République, en ce qui concerne la signature d'un accord spécifique.

Il est rappelé que le Syméco revendique notamment l'admission sous statut des médecins de nouvelles unités, la promotion aux grades et l'amélioration des conditions de travail.

Cette décision de durcir leur grève en supprimant le service minimum au jeudi 13 février, rappelle-t-on, a été prise à la suite de ce que ces médecins membres du Syméco ont qualifié de mauvaise foi de la part de certains membres de la partie gouvernement qu'ils ont accusés de bloquer la signature de l'accord spécifique reprenant leurs revendications contenues dans le cahier des charges soumis au gouvernement.

Pour le Syméco, en effet, la signature formelle de cet accord entre gouvernement et banc syndical des médecins reste l'unique voie pour restaurer la paix sociale.

« Il a été convenu entre le banc gouvernemental et le banc syndical des médecins qu'au terme des travaux de la sous-commission chargée de l'examen du cahier des charges des médecins que les engagements spécifiques soient coulés dans un accord spécifique entre le banc syndical et le banc gouvernemental reprenant de manière spécifique les pistes de solutions convenues entre les deux parties.

Cet accord spécifique jusqu' à ce jour n'est pas encore signé », a expliqué le Dr Juvénal Muanda, notant que cette signature devra traduire l'engagement du gouvernement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.