Sénégal: De Louis Mbarick Fall «Battling Siki» à Assane Faye - Ces grands champions qui ont fait rayonner la boxe sénégalaise

19 Février 2020

La boxe sénégalaise restera encore des années collée au nom de Louis Mbarick Fall alias Battling Siki (1897-1925). Natif de Saint Louis, il a été le premier Africain à devenir champion du monde dans un contexte où un boxeur dit de couleur avait du mal à se faire une place dans le gotha de la boxe mondiale voire européenne.

Remarqué par une danseuse hollandaise qui lui propose de l'emmener vers l'Europe, ce natif de la ville de Saint Louis du Sénégal avait commencé sa carrière dans la boxe à 15 ans, entre 1912 et 1914, et livra 16 combats (8 victoires, 6 nuls, 2 défaites).

La Première Guerre mondiale va interrompre sa carrière, puis il reprendra les gants de boxe en 1919. Il remportera 43 victoires, 2 nuls et 1 défaite.

François Deschamps, qui fut le manager de Georges Carpentier, boxeur préféré des Français et dernier champion du monde, propose, relève Ndarinfo, une rencontre au stade Buffalo de Montrouge devant 40 000 personnes.

Le combat se termine au 6e round par un uppercut du droit du boxeur franco-sénégalais. L'arbitre disqualifie Battling Siki, puis, sous la pression de la foule, accepte de donner la victoire près de 20 minutes plus tard. Deschamps fera appel le 26 septembre, mais sera débouté.

Battling Siki remit en jeu son titre face à Mike McTigue en Irlande. Il sera déclaré vaincu après 20 rounds âprement disputés. Certains diront qu'il a perdu à cause d'un arbitrage « à domicile ».

Par la suite, il perdra ses titres de champion d'Europe et de France par disqualification contre Émile Morelle. Il gagne encore deux combats par KO, puis part aux États-Unis où il perdra deux combats en novembre et décembre 1923. Il perdra son dernier combat en 1925 contre Paul Berlenbach.

Le 15 décembre 1925, Louis Phal « Battling Siki », qui était sorti en disant à sa femme qu'il allait « faire un tour avec des amis » est retrouvé mort, au pied d'un immeuble de la 41è rue, dans le quartier de « Hell's Kitchen », près de chez lui. Il a été abattu de deux balles dans le dos, tirées de près. Il n'avait que 28 ans.

D'autres champions de la boxe sénégalaise vont s'illustrer par leurs performances. S'ils ont bâti leur réputation dans les rings mondiaux, leurs noms continuent de résonner dans le panthéon du sport sénégalais.

Dans le lot, on peut noter le titre de champion de France de Michel Diouf, en 1958 mais aussi celui d'Idrissa Dione, champion de France des mi-moyens en novembre 1953 face au champion d'Europe, Robert Guivarch.

Il faut ajouter aux premières années des indépendances que d'autres grands boxeurs vont émerger.

Comme ce titre de champion d'Europe glané par Mamadou Diallo ou encore les performances d'Assane Diouf qui fut à la fois champion de France des poids moyens et en même temps entraîneur de l'équipe du Sénégal de boxe qui a pris part aux Jeux de l'Amitié en 1963.

Dans les années 2008, d'autres boxeurs sénégalais marqueront leurs noms dans le noble art. On peut citer le franco-sénégalais Souleymane Mbaye, champion du monde poids super-légers WBA (2006-2007) et champion d'Europe (2002, 2009).

Ce dernier a également inauguré, en février 2018 à Dakar, une salle de boxe dénommée Keur of Champions unique pour former une élite de boxeurs africains.

En 1997, Jean Paul Mendy, avait relevé le niveau à Budapest (Hongrie) avec cette médaille de bronze poids moyen aux Championnats du monde de boxe amateur.

La même année, Mohamed Ali Ndiaye marquera également son empreinte avec un titre de champion du Sénégal (1997, 1998, 1999), champion d'Italie en 2008, champion de l'Union européenne en 2012 et de l'Europe en 2013.

C'est également le cas pour Mamadou Thiam, boxeur franco-sénégalais avec ses titres de champion d'Europe poids super-welters (1998- 1999, 2001).

En Afrique, la dernière grosse performance sera signée par Assane Faye qui a été sacré champion d'Afrique en 2006 au Gabon.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.