Sénégal: 6555 enfants recueillis par les services de la DESPES, en 2018

19 Février 2020

Les cas de meurtres, de pédophilies et de viols, évoqués très souvent en public ou dans la presse, ne traduisent qu'un aspect de la situation maltraitance et de vulnérabilité des enfants. En effet, selon les chiffres de la Direction de l'éducation surveillée et de la protection sociale (Desps), 6555 enfants ont été recueillis pour une assistance, en 2018.

Le constat est aussi que le nombre d'enfants en besoin d'assistance ne cesse de croître et la demande d'accueil reste parfois insatisfaite, faute d'infrastructures

Ces dernières semaines, différents cas de maltraitances faites à des enfants ont été révélés, notamment dans les médias. Une situation qui n'est pas nouvelle puisque, depuis quelques années, les abus sont récurrents. Des faits qui traduisent la vulnérabilité et le mal être de cette couche sociale.

En effet, des données de la Direction de l'éducation surveillée et de la protection sociale (Desps), font état de 6555 enfants recueillis et pris en charge par les services de la Desps sur ordonnance judicaire où à cause d'une situation d'extrême vulnérabilité, en 2018.

Ces enfants en question sont des victimes, témoins de faits graves, sont en dangers ou en conflits avec la loi.

Même si, les données de 2019 ne sont pas encore complètement recensées, la Desps s'attend à avoir un nombre d'enfants suivis plus important qu'en 2018 ou relativement dans la fourchette des 6000 enfants.

Parmi le nombre d'enfants recueillis par le Desps, en 2018, les 3484 ont été confiés aux coordinations régionales des services de l'Action éducative en milieu ouvert (Aemo).

2376 parmi eux sont des garçons et 1108 sont des filles. 1049 parmi ses enfants là sont en conflits avec la loi. Et parmi ces enfants en conflit avec la loi, les 983 sont des garçons contre 66 filles.

DAKAR, LA REGION OÙ LES ENFANTS SONT PLUS EN DANGER ?

Les enfants en danger occupent la plus grande proportion, avec 2435 cas dont 1399 garçons contre 1036 filles. Dakar, la région-capitale, reste la zone qui nécessite le plus d'intervention pour aider les enfants.

Les services de l'Aemo de la région ont assisté 1024 enfants dont 301 sont en conflit avec la loi et 723 en danger. La coordination des services de l'Aemo de Thiès suit, avec 360 cas dont 315 garçons et 45 filles.

A Thiès, le nombre de mineurs en conflit par la loi est de 178 dont 166 garçons et 1é filles. Les enfants en danger sont 182 dont 149 garçons et 33 filles. A côté des services de l'Aemo, il y a aussi les enfants pris en charge dans les centres d'accueil.

3022 enfants en danger sont confiés aux centres. 1473 parmi eux sont des garçons ; les filles représentent 1549. S'agissant des enfants en conflits avec la loi admis dans les centres d'accueil, ils sont une centaine.

Les 96% sont des garçons, contre 4% de filles. Les données recensées montrent que le Centre de sauvegarde de Pikine enregistre le plus grand nombre d'enfants en danger assistés. Il a un effectif de 1418 mineurs ; soit un taux de 46,92% de l'effectif total.

LES ENFANTS EN BESOIN D'ASSISTANCE EN HAUSSE, DEPUIS 2016

Ces chiffres de 2018, confirme une tendance de vulnérabilité qui a été notée depuis les années passées.

En effet, en 2017, l'ensemble des structures de prise en charge, sous la tutelle de la Direction de l'éducation surveillée et de la protection sociale, ont reçu 5903 enfants. Les centres d'accueil ont pris en charge 3009 mineurs.

Parmi eux, 2964 sont en danger et 45 en conflit avec la loi ; soit respectivement 98,5% et 1,5%. Les filles constituent 50,25% et les garçons 49,65%. Le nombre d'enfants assistés par les centres a également connu une hausse.

En effet, l'effectif de 2778 mineurs, recensé en 2016, est passé à 3009 en 2017 ; soit une hausse en valeur absolue égale à 231 mineurs, équivalente à augmentation 7,67% en valeur relative.

Les services de l'Aemo, quant à eux, ont pris en charge 2894 mineurs dont une majorité d'enfants en danger au nombre de 1991, représentant 68,80% en valeur relative. Les mineurs en conflit avec la loi, au nombre de 903, représentent 31,20%.

Les garçons représentent 69,35% alors que les filles, avec un effectif de 887, font 30,64%. S'agissant de la répartition des mineurs par coordination Aemo, la région de Dakar domine, avec ses 620 mineurs, plus du tiers de l'effectif total des mineurs enregistrés ; soit 21,42%.

Il est à noter que l'année 2017, comparée à 2016, montre une hausse du nombre de mineurs pris en charge dans les services extérieurs de la Desps. L'effectif de 5693 mineurs enregistrés en 2016 passe à 5903 mineurs en 2017.

ASSISTANCE AUX ENFANTS VICTIMES, CEUX EN CONFLIT AVEC LA LOI... : Les missions de la Desps

La Direction de l'éducation surveillée et de la protection sociale (Desps), est une structure rattachée au ministère de la Justice. Elle a pour mission d'apporter une assistance aux enfants, victimes, ceux en danger ou en conflit avec la loi, mais aussi aux enfants témoins d'un événement grave.

Elle dispose de 11 centres dont les premiers sont des Centres de premier accueil (Cpa), spécialisés dans la prise en charge d'urgence des mineurs en danger, des victimes d'abus ou de viol, des témoins d'abus et des victimes de la pédophilie. Il existe aussi des centres polyvalents qui offrent à la fois un internat et un système d'accueil de jour en externat.

Ces centres polyvalents prennent en charge des enfants en conflit avec la loi, des enfants en danger et des enfants victimes. Il y a également des Centres d'adaptation sociale. Leur spécificité est la prise en charge des enfants en conflit avec la loi et qui ont un réel problème de comportement.

Le dispositif de prise en charge est complété par les Centres de sauvegarde qui n'ont pas d'internats, mais qui sont de grands ensembles de sections scolaires et d'ateliers de formation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.