Mali: Problématique de la donnée dans le secteur de l'assurance - « Plus 50% des compagnies reconnaissent que la qualité de leurs données n'est pas satisfaisante »

L'administrateur de Allianz assurances Côte d'Ivoire révèle que plus de 50% des compagnies d'assurance reconnaissent que la qualité de leurs données n'est pas satisfaisante.

René Bucaioni soutient également que pour rester dans la course de l'innovation et réussir leurs transformations, les assureurs devront maitriser la qualité de leurs données qui devient un enjeu stratégique majeur des compagnies.

« Aujourd'hui plus 50% des compagnies d'assurance reconnaissent que la qualité de leurs données n'est satisfaisante ».

Cette déclaration est de Réné Bucaioni qui s'exprimait à l'occasion du panel introductif : « Problématique de la donnée dans le secteur de l'assurance » , de la 44e assemblée générale de la Fédération des sociétés d'assurances de droit national africaines (Fanaf) qui se tient depuis hier à Libreville (Gabon).

L'ancien membre du bureau de la Fanaf est, par ailleurs, d'avis que « pour rester dans la course de l'innovation et réussir leurs transformations, les assureurs devront optimiser leur organisation autour de leur cœur de métier qui est la maîtrise des risques ».

Selon lui, maîtriser leurs risques c'est avant tout de connaitre que la qualité de leurs données devient un enjeu stratégique majeur des compagnies.

Il renchérit dans la même veine que placée au cœur de l'assurance, la donnée joue un rôle fondamental dans les stratégies d'innovation des transformations digitales des entreprises d'assurance.

« Toutefois, un état des lieux sur la problématique de la donnée dans ce secteur devient nécessaire pour une meilleure vision de l'avenir », trouve-t-il.

Etayant ses propos, il avance l'idée selon laquelle, dans un monde qui se digitalise, l'accès à l'information est primordial.

Mieux, « la collecte des données via des outils de plus en plus performants, des méthodologies innovantes permet donc aux compagnies d'assurance de gagner en agilité, en visibilité et en réactivité ».

Aussi, poursuit-il, ces technologies permettent de générer de nouveaux gisements de valeurs et d'améliorer la productivité des entreprises.

« La course à l'exploitation des données doit se concentrer en priorité sur la mise en disposition des données de qualité, exhaustives et cohérentes par le biais notamment d'une rationalisation et d'une modernisation des architectures data. Tout cela ne peut intervenir sans un coût et un investissement importants », indique enfin René Bucaioni.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.