Congo-Kinshasa: Goma - Liliane Banga Lwaboshi annonce les mutations dans le secteur de l'ESU en RDC

19 Février 2020

En séjour à Goma (Nord-Kivu), la vice-ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Liliane Banga Lwaboshi, annonce les mutations des agents administratifs, académiques et scientifiques du secteur public de l'ESU en RDC.

C'était au cours d'une réunion qu'elle a tenu, ce mercredi 19 février 2020 à Goma, avec la conférence des chefs d'établissements des Institutions publiques et privées de l'ESU du Nord-Kivu, structure chapeautée par le Professeur Docteur Sylvain Munyanga, Recteur de l'Université de Goma.

Pour Liliane Banga, cette approche serait une voie de sortie, mieux, une solution face aux conflits nés du tribalisme observés dans certaines institutions de ce secteur, plus particulièrement dans la province du Nord-Kivu.

« Lorsque l'on travaille comme professeur, Directeur général ou Recteur dans un institut supérieur de l'État ou une université officielle au Nord-Kivu, on doit se mettre en tête qu'on peut travailler aussi dans d'autres provinces, lorsque son expertise est sollicitée », a fait savoir la vice-ministre de l'ESU, aux chefs d'établissements. Elle ajoute que cette série des mutations interviendra bientôt et mettra de côté l'esprit du régionalisme et du tribalisme, vécu dans certaines institutions d'enseignement supérieur et universitaire de la province.

Il est vrai que, certains cadres des établissements supérieurs et universitaires au Nord-Kivu, se considèrent comme seuls ayant droit de travailler dans ces institutions dont ils ont actuellement la gestion. Ce comportement incivique engendre un esprit du communautarisme.

C'est dans cette optique que la vice-ministre de l'ESU appelle les chefs d'établissements du secteur privé et public, à travailler conformément aux instructions « 021 » qui régulent l'année académique 2019-2020. Ces instructions mettent l'accent sur un enseignement de qualité et prônent aussi le parachèvement, dans le calme, du programme académique, conformément au calendrier établi par le Ministère de tutelle pour l'année 2019-2020.

« Je salue cependant le bon climat d'enseignement qui s'observe à Goma et partout au Nord-Kivu dans le secteur de l'enseignement supérieur et universitaire où on n'a pas assisté, depuis le début de l'année, à des soulèvements des étudiants comme à Kinshasa, sur la question de frais académiques. Cela montre à suffisance que la » 021' a été intériorisée par les étudiants de Goma et vulgarisée par les gestionnaires des différentes institutions », note Liliane Banga.

Bientôt les états-généraux de l'ESU

Dans cette série d'annonces faite ce mercredi 19 février 2020 à Goma, la vice-ministre de l'ESU a annoncé aussi la tenue prochaine, des états-généraux de l'Enseignement supérieur et universitaire de la RDC. Ce, pour tabler, entre autres, sur les questions concernant le système LMD à intégrer dans les universités du pays.

Cette annonce a été saluée par le Président de la Conférence des chefs d'établissements de l'ESU au Nord-Kivu, le Professeur Docteur Sylvain Munyanga Mukungo. Ce dernier, souhaite que ces états-généraux puissent tenir compte aussi de tout autre problème qui s'observe dans ce secteur au Nord-Kivu.

« Le système LMD est avantageux car, ça va résoudre les problèmes du déficit des professeurs dans les universités et instituts supérieurs du Nord-Kivu. Parce qu'on aura à former sur place en province, des cadres de l'ESU qui seront des professeurs et même des professeurs ordinaires à même de diriger les établissements de l'ESU au Nord-Kivu », a argué Sylvain Munyanga.

Recommandations

La Directrice générale de l'ISP, en territoire de Nyiragongo, Espérance Uwamahoro, propose que ces prochains états-généraux tiennent compte de la question de la représentativité des femmes dans la gestion des établissements publics au Nord-Kivu. Ce, conformément à l'esprit de 30%, quota réservé aux femmes dans la gestion de la chose publique, selon la constitution.

Le Professeur Docteur Joseph Kitaganya, Directeur général de l'Institut supérieur de commerce (ISC) de Goma a, quant à lui, insisté sur la responsabilité du Ministère de l'ESU qui devra tenir compte de la compétence dans la nomination des animateurs des institutions d'enseignement supérieur du Nord-Kivu. Il appelle en outre ce Ministère à lutter contre la prolifération des instituts supérieurs à Goma, ce qui empiète sur la qualité de l'enseignement.

Par ailleurs, Liliane Banga Lwaboshi dit prendre en considération les différents projets, rapports et propositions faits lors de cette réunion par ces interlocuteurs. Elle a promis de les soumettre à sa hiérarchie à Kinshasa, pour une stricte application dans les jours avenirs.

« J'appelle à l'esprit de la créativité, à un climat de paix, à une collaboration et une considération des uns et des autres », a-t-elle conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.