Angola: Le PR veut un appel d'offres public pour la gestion des usines textiles

Luanda — Le président de la République, João Lourenço, a recommandé mercredi l'ouverture d'un appel d'offres public pour trouver des managers capables de gérer les industries textiles Textang II (Luanda), Satec (Cuanza Norte) et Africa Têxtil (Benguela), qui continueront dans le secteur public jusqu'à la fin du processus de privatisation.

João Lourenço, qui s'exprimait à l'issue de la visite à la Nova Textang II, usine réhabilitée entre 2009 et 2013, a souligné qu'en raison de l'intérêt public, le processus de privatisation de ces unités se déroulera en deux étapes.

Concernant la Nova Textang II, le Chef de l'Etat a déclaré qu'il s'agit d'une unité stratégique qui doit être mise au service de l'économie.

«Cette visite ne pèche que parce qu'elle intervient plus tard. Je pense qu'elle devait avoir lieu plus tôt. Cependant, comme la privatisation prend un peu plus de temps, je considère comme un crime de laisser ces unités fermées», a-t-il souligné.

João Lourenço a estimé qu'il y avait un besoin de création d'emplois pour les Angolais, en particulier pour les jeunes, c'est pourquoi il a recommandé les secteurs qui contrôlent ces unités à démarrer, immédiatement, en travaillant dans le processus d'embauche d'entreprises nationales ou étrangères appropriées qui placent les trois unités en service le plus rapidement possible.

En revanche, le Président de la République a jugé inadmissible que ces unités aient comme principale source d'énergie, des générateurs électriques, c'est pourquoi il a également orienté le secteur de l'énergie et des eaux à prendre soin de ces fabriques.

La Nova Textang II a une capacité de production mensuelle de 250 000 mètres linéaires de tissu, résultat d'un investissement de 235 millions de dollars US, utilisés dans la réhabilitation de ses infrastructures et de ses machines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.