Burkina Faso: Un commerçant soupçonné de meurtre battu par des femmes à la gendarmerie

19 Février 2020

Des femmes de Solenzo ont pris d'assaut, le mercredi 19 février dans la matinée la brigade de gendarmerie pour exiger la mise aux arrêts d'un commerçant qu'elles soupçonnent d'être à la base de la mort d'un enfant le 9 janvier 2020. Le corps calciné de cet enfant de 6 ans avait été retrouvé dans une case sans les deux bras et les deux pieds.

Ce mercredi 19 février 2020 en début de matinée, les femmes de « 5 kilo », celles du grand marché de Solenzo et du secteur 1 ont encerclé la gendarmerie avec des spatules en main pour réclamer l'interpellation du commerçant.

Les faits remontent à la mort d'un enfant qui avait été découpé et calciné au quartier communément appelé « 5 kilo » de la commune de Solenzo.

Selon le père de la victime Romba Hamade, c'est le lundi 17 février qu'un talibet est venu pour mettre une tortue avec une calebasse et du poison dans le puits. Interpellé par des habitants, il fut conduit à la gendarmerie pour interrogation.

Ainsi, le talibet aurait avoué aux forces de sécurité qu'il a été envoyé par un commerçant de céréales communément appelé Abdoulaye « Bayé ». Ce dernier lui aurait promis une forte récompense s'il arrivait à introduire le poison dans le puits.

La gendarmerie interpelle à son tour le commerçant qui niera les faits. Alors, les deux ont été libérés et le commerçant a été invité de revenir le lendemain mercredi 19 février 2020 et c'est ce qu'il a fait.

Telle une trainée de poudre, la nouvelle s'est répandue dans la ville et aussitôt, des soupçons ont pesé dans certains milieux, sur l'éventuelle implication du commerçant dans la mort de l'enfant.

En cette matinée du 19 février donc, des femmes ont pris d'assaut la brigade de gendarmerie afin de manifester leur colère contre la relaxe du commerçant la veille. Après des tractations, le commandant de la gendarmerie, les a invitées à regagner leur domicile et que l'enquête « suit son cours ».

Les femmes étaient en train de se disperser, quand le commerçant fut libéré. Ce qui n'a pas été du gout des femmes.

Une course poursuite s'est engagé entre elles et le commerçant qui a été aussitôt rattrapé et battu à coup de spatules, de gourdins assortis de jets de pierres. Il a eu la vie sauve grâce à la promptitude de réaction des gendarmes.

L'on apprendra plus tard, du commandant de brigade Djakalidja Barro que le commerçant incriminé a été transféré au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Dédougou car des menaces de la population devenaient pesantes sur sa personne et sa famille. Jusqu'au moment où nous tracions ces lignes, la tension était toujours vive à Solenzo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.